• Tout est daQuelles épreuves en 2020 ?ns le titre, que faire en 2020 avec les annulations en cascade de toutes les épreuves du printemps et de la plupart des estivales. Après le report du FrenchMan l'année prochaine combinée avec l'inscription surprise à Roth, j'en venais à me dire que 2020 pourrait être une année blanche avant un double XXL.

    Oui mais voila, il faut bien se motiver. Et même si le "Summer body challenge" m'a gardé en forme pendant le confinement, je commence à voir mon moral et le boost associé dangereusement diminuer. 

    1ere étape : le Triathlon de Saint Grégoire qui réouvre les vannes Klikego. Banco ! Ne l'ayant couru qu'une fois en 5 ans et en plus en format S, cette année ce sera le M. Certes un peu tard mais ça le fait. Une matinée en tant que bénévole et l'après midi j'irais dire bonjour aux grenouilles avant de faire péter mes PR sur les segments Strava de l'épreuve.
    https://triathlon-saint-gregoire.fr/

    Quelles épreuves en 2020 ?Et puis voilatipa qu'un collègue me parle du tri corsaire à St Coulomb (Cancale) avec tous les formats au programme (Xs, S, M & L). Ce dernier, initialement programmé en juin était d'ailleurs un objectif club S & M pour Saint Grégoire. Basculé fin septembre pour cause de COVID (sans blague ? ;-)), c'est la course et le format idéal histoire d'assurer un été dynamique et....un objectif correct dans la saison. Donc banco ! Me voila inscrit + chambre d'hôtes réservée
    https://www.tricorsaire.fr/

    Et bien c'est parti pour un été certes cool mais sérieux :-)


    1 commentaire
  • Bon, je ne vous l'apprends pas 2020 est bien une année super méga pourrie coté sportif (et pas que frown ) pour cause de COVID19. Exit les compétitions dans 90% des cas et les entraînements sont, comment dire, compliqués ? (je pense ne plus savoir nager sarcastic ).

    Conséquence : annulation en masse des épreuves, des plus petites orgas aux mastodontes. Et bien sur le FenchMan 2020 est dedans.

    2020 est mort, vice 2021 !Alors je me concentre sur 2021 avec un méga programme à venir. En effet mon objectif 2020, le XXL FrenchMan, est reporté en mai 2021.
    Mais à cela va s'ajouter un super challenge : Roth 2021 !
    Grace au club, j'ai pu effectivement obtenir un slot pour cette épreuve mythique.

    Le FrenchMan ayant été reporté au 16 mai, celui de Roth le 4 juillet. Et bien ça colle pour se faire une année 2021 en mode double XXL (pas le méga burger, le triathlon). 6 semaines c'est largement OK pour récupérer et garder le rythme pour briller dans la cpitale teutonne du triple effort.

    Donc ce sera une big année, et cela me motive dés maintenant happy

    2020 est mort, vice 2021 !


    Les liens : 

     


    votre commentaire
  • Un post sur la relation avec la fameuse balance :-).La relation avec sa balance

    Ce petit objet tout simple qui pilote pas mal notre relation au corps. D

    Je précise que je ne suis pas diététicien ni conseiller en régime ou autre, juste une personne qui tend progressivement vers le bon équilibre alimentaire et physique

    • Quelle balance choisir
    • A quel rythme se peser
    • Comment gérer le résultat



    Après La relation avec sa balancedes années avec une balance digne de nos grand mères j'a investi il y a un an dans un modèle à impédance et surtout connectée ce qui en simplifie grandement la lecture. C'est une REMPHO achetée 40E et j'en suis super content. Elle donne plein d'infos. Bon, je vais pas vous mentir je regarde principalement le poids mais des mesures comme le% de graisse corporelle ou l'eau corporelle sont intéressants surtout pour les derniers kilos qui ne doivent pas être gagnés via la perte de muscle.

    Il y a plein de modèles mais pour 40E, ça le fait très bien.



    Alors à quel rythme se peser ? Tous les jours ? semaines, mois ? jamais car on fait surtout confiance au miroir. Personnellement je préfère la pesée quotidienne et aLa relation avec sa balanceLa relation avec sa balanceu même moment, le mieux étant tout simplement au lever (sauf déplacement bien sur). Il y a des partisans d'une pesée hebdomadaire pour éviter de se mettre la pression et d'apprécier des plus grandes pertes. C'est dangereux je trouve car une pesée ponctuelle peut être faussée (un sport plus fort la veille qui a fait perdre beaucoup d'eau ou au contraire un repas plus riche qui n'a pas encore été évacué...). Donc tous les jours qui a avoir des changements fort d'un jour à l'autre. Pour "lisser" cela j'utilise l'appli gratuite True Weight qui donne une tendance et évite le coup des mauvaises/bonnes surprises.



    Et enfin, comment gérer ce fameux résultat ? Combien de fois j'étais super content d'avoir rapidement perdu sans vraiment analyser le pourquoi. Et à l'inverse énorme déception quand, après une semaine en déplacement pro super sportive je n'avais rien perdu. Alors maintenant je me la joue philosophe en analysant surtout la tendance tout en étant attentif aux "reprises".



    VoiLa relation avec sa balancela, c'était mont point de vue sur cette chère balance qui ...ne donne pourtant qu'une mesure brute malgré nos injures ;-) Etant monté jusqu'à 110 pour 1,83m , je descend progressivement depuis 5 ans via des oscillations annuelles assez impressionnantes (dernière image) mais avec une tendance globale dans le bon sens. Alors on se motive avec pour objectif 80 d'ici 2 mois.

     


    votre commentaire
  •  

    Objectif 2020 : Le FrenchMan du MédocAprès Vichy 2013 & 2015, Vittoria 2016, Nice 2018 et Tours 2019, quel défi pour 2020 ? Sur les rails de Roth grâce au club Saint Grégoire, c'est finalement la belle épreuve du FrenchMan qui sera "the" big course cette année.

    Cerise sur le gâteau ce week-end triathlon avec M,L et XXL au programme a été retenu par Saint Greg comme objectif club. Résultat : nous serons quasiment 100 à envahir le Médoc (majoritairement sur le L mais avec tout de même 12 gars bien costauds pour tater du format mythique).

    Menu du 23/05 : 3,8km en mode traversée du lac de Lacanau/Hourtin, 180km à fond les ballons (et sur du plat ;-)) dans le Médoc, et pour finir un jolie marathon tout en sérénité.

    Pour cause de coronavirus, l'épreuve est reportée en octobre avec la possibilité de basculer carrément sur 2021. Et bien ce sera cela pour moi et pour le club de Saint Grégoire.

     


    votre commentaire
  • (en construction)

    votre commentaire
  • En regardant un peu dans le rétro on a les "IronMan" courses suivantes :

    • Challenge Vichy 2013 : 12h30 - Le premier, serein
    • IronMan Vichy 2015 : 14h55 - Préparation et résultats désastreux
    • XXL Vitoria Gasteiz 2016 : 13h12 - Préparation presque OK mais chaleur dure
    • IronMan Nice 2018 : 13h06 - La découverte de la montagne ce qui allonge le vélo :-)

     

    Je me suis demandé ce que j'allais programmer pour 2019. Rapidement trois épreuves sont ressorties. Toutes les trois en juin ce sont des "petites" organisations sur des parcours sans difficultés.

    • Saint Malo : local mais petit
    • FrenchMan : éprouvé et lieu sympa
    • ToursMan : 1ère édition réussie.

    Objectif 2019 : Devenir chevalier à Tours

    Ce sera finalement le troisième qui retiendra ma préférence. Le parcours est "facile", c'est l'occasion pour moi de me lancer un challenge "performance" avec pour objectif de passer sous les 12h. qui plus est cela permet de découvrir une région et l'épreuve a l'ai d'être super bien organisée.

    Le site des organisateurs : https://www.toursnman.com/fr/index.php 

    J'en profite pour me lancer un défi sur cette épreuve : passer sous les 12h. Le parcours vélo étant qualifié de roulant et la cap plate, c'est possible. de Alors comment faire ? Et bien en appuyant un peu partout ;-) 

    Le matériel

    • Ce n'était pas vraiment programmé pour mais il se trouve que j'ai changé de vélo pour un Giant Propel qui, même s'il est "classique", est assez aéro et typé vitesse.
    • Ce sera le 1er IM en trifonction sans se changer à T1 et T2. Il se trouve que j'ai craqué sur la nouvelle tenue club "Castelli" superbe et....aéro (le diable est dans les détails). Reste à tester si cette tenue est ok pour faire 180+42

    La préparation

    • Objectif: arriver "léger", le top serait d'être à 80kg (rappel Nice j'étais à 86, et Vichy 1 (record de 12h30) à 90 !
    • Je vais m'obliger à renforcer la PPG ainsi que le fractionné. Objectif : monter mes vitesses moyennes

    Les temps cibles :

    • Objectif 2019 : Devenir chevalier à ToursNatation : 1h15, cela devrait le faire mais je dois être attentif au courant du Cher
    • T1 : pas de changement = transition plus rapide, bon je me garde quand même 10mn
    • Vélo : objectif 6h tout compris soit  30 de moyenne. "LA" question : vais je garder ma classique "pause sandwich paté" de la mi course ?
    • T2 : certes pas de changement mais certainement de la fatique, allez on se garde 10mn
    • Course  objectif 4h15 soit un chouye moins de 10km/h. Il va falloir partir sur un rythme de 11 pour se donner un peu de marge
    • Total : 11h50 soit pas beaucoup de marge

     


    votre commentaire
  • (en construction)

    Ah la fameuse coupure bien méritée avec une fin de saison triathlon aux environs du début octobre. Ceci afin de bien recharger les batteries pour reprendre de plus belle en janvier.

    Mais pour moi c'est la période de tous les dangers. Enfin pour moi....et ma balance :-(


    votre commentaire
  • Si vous êtes lecteur de ce modeste blog, vous devez savoir que je ne suis pas un coach fitness aux abdos bétonnés ni un playboy des bacs à ketlebell :-) 

    Néanmoins, malgré une actvité physique plus que régulière mon poids est toujours resté élevé voire très élevé. Et bien sur il était accompagné de ce qui va avec (poignées d'amour pour les romantiques, gros bide pour les méchants ou surcharge pondérale visible pour les techniciens).

    Pour vous donner les clés : je fais 1,83m et suis relativement "carré" (oui bon, là ça fait un peu gars qui se la pète, mais pour faire plus modeste je vais dire que j'ai une bonne armature osseuse). Mon poids de super forme n'était pas de 83-10=73kg mais plutôt autour de 78kg (en tout cas dans mes lointains souvenirs).

    Big rétrospective

    Si je jette un coup d’œil dans le rétro (mais vraiment loin), voici ma rétrospective depuis ma venue dans ce monde  (je ne dispose de données que depuis 17 ans, le reste c'est du souvenir).

    • 1970-1984 : le sport ? euh... je vais plutôt reprendre de la tarte
    • Je suis né en 1970. La malbouffe n'était (heureusement) pas encore la règle mais il est vrai que mes parents n'étaient pas des as de l'équilibre alimentaire même s'ils ne sont pas du tout "enveloppés" (mon père était plutôt mode fil de fer à l'époque).
    • Dans ma petite enfance  j'étais gourmand. Il parait qu'avant les traditionnels "papa" et "maman", mon premier mot a été "biberon" :-). Résultat, je suis devenu rondouillard. Il est fort probable que cette période gourmande m'ai gratifié de ces fameuses cellules grasses acquises à vie (sauf chirurgie), merci maman ses menus quiche/tourte/tarte.
    • Pré adolescence : Pas sportif pour un sous je redoutais les séances de gym du collège (en particulier cet atroce cheval d'arçon) et n'ai jamais vraiment pratiqué un sport en particulier. J'étais devenu un peu le "bouboule mais pas trop", le dernier choisi lors de la constitution des équipes de foot (oui, je sais c'est dur, 10 ans de psychothérapie minimum :-) ).
    • 1985-1994 : les années un peu plus sportives
    • Premier déclic : à 15 ans je pars en pension (de la 3eme à la terminale). Nourriture plus que moyenne, absence d'écarts et première expérience de sport "cool" comme la planche à voile vont commencer à me faire apprécier l'effort physique. En terminale par exemple, je me faisais régulièrement des joggings de 10km tranquille. Toujours gourmand, j'ai ainsi évité le surpoids.
    • Classes préparatoires et école d'ingénieur. Je pense avoir maintenu un niveau correct de sport (style 2 à 3h par semaine). Un peu de rugby, le vélo pour aller en cours, des joggings, toujours de la planche à voile, des repas au RU (beurk) et le tour est joué. Quoique...presque car je me souviens de multiples excès chocolatés. De plus les fast-food sont alors devenus une norme, c'est le début d'une nourriture un poil trop riche pour moi et ainsi la lente prise de poids.
    • 1995-2005 : +2kg par an en moyenne
    • Les premières années de boulot (grosso modo de 1998 à 2002) vont me faire passer de 80kg environ à 96 kg soit une lente mais sure progression d'1 kg par trimestre environ.
    • Exit la planche à voile devenue trop compliquée, je papillonne dans différents sports surtout avec des collègues de boulot (foot, squash, bad). Mais il faut bien l'avouer sans que cela ne me gène vraiment je continuais à stocker du gras pour l'hiver. Mais depuis l'invention du chauffage central, et bien il n'y a plus d'hiver...donc le fameux gras reste pour l'année suivante. De 96kg je passe à 97 puis 98, 99, 100 avec une moyenne de 102kg en 2005. Et le pire c'est que cela ne me posait aucun problème. Certes je porte assez bien les kilos et en costume de nombreuses personnes étaient surprises de mon quintal. Mais en maillot de bain c'est autre chose et en consultant d'anciennes photos j'ai un peu honte il faut bien se l'avouer.
    • 2006 - 2011 : du sport certes mais pas mal de burgers
    • 2eme déclic : après la découverte du triathlon à la Baule je prends une licence en club (TOCC). Avec le recul j'étais certainement vu par pas mal de gars comme "le gros qui s'y met sans chercher la perf".
    • Certes le volume augmente un peu, les kilos disparaissent également mais ce n'est pas la transformation radicale avec un balance oscillant autour des 95kgs. Certes c'est mieux que 100 mais pas encore la panacée.
    • 2012-2015 : le passage au longue distance...et les mégas "yoyos"
    • Cette période me verra découvrir les objectifs annuels via deux Half et deux Ironmans situés autour de l'été.
    • A chaque fois le même scénario : je m’entraîne et fait un poil attention 4/5 mois avant d'où une baisse de poids assez nette (on reste au dessus de 90 tout de même) et une fois l'épreuve passée c'est la débandade totale. Meilleur exemple en 2013, suite à mon premier IM je suis passé de 90 à 110kg en 6 mois. Belle perf non. Alors que globalement sur la période 2012/2015 je tourne en moyenne à un peu plus d'une heure par jour de sport ! Idem en 2014 et 2015 où je ne vais passer que très temporairement sous les 100kg. Heureusement les tenues de triathlon sont bien souples et sur les photos...comment dire, on regrette un peu le coté "moulant" de la tri fonction. Certes il y avait certainement du muscle sous tout ce gras mais ce n'est pas idéal. Je rencontre d'ailleurs mes premiers problème "sport + surpoids" avec une douleur lancinante à la cheville.
    • Durant cette période ma relation au corps est assez ambiguë. je suis rassuré par les "trophées (you are an IronMan kysondi ;-) ) mais dés que je me regarde de profil....et bien il y a comme qui dirait quelque chose qui cloche. Et autour de moi on commence à me le dire clairement si vous voyez ce que je veux dire ;-).
    • 2016-2020 : si on calmait tout cela ?
    • 3eme déclic : le challenge "Training Academy" début 2016. Alors à 104kg après la traditionnelle reprise automnale suite à l'IronMan de Vichy terminé à 98kg tout de même), il faut faire quelque chose. Ce sera ce drole de challenge qui me fait chuter de de 18kg en 3 mois (paf le chien comme on dit). http://erwan-triathlon.blogg.org/2eme-challenge-training-academy-reussi-a125575584
    • L'année 2016 verra un début de rédemption. Certes il y a toujours la prise de gras automnale mais un peu plus mesurée et j'arrive à ne pas repasser au dessus des 100...soit une première depuis quasiment 10ans. Bon, pas de trompettes non plus car la moyenne est de 93kg mais il y a un vrai plus.
    • 2017 aurait du être l'année de la confirmation mais de nombreux pépins physiques en feront une année "blanche" en terme d'objectifs avec, reconnaissons le, une relative stabilisation hélas un peu élevée. Vous commencez à me connaitre ..... voila l'automne et la remontée maudite. 
    • Désireux de casser cela je prends le taureau par les cornes à 98 kg fin octobre (moi pas le taureau) en m'organisant un "Challenge Training academy perso". Ce sera une réussite avec un -12 en autant de semaines suivi d'une stabilisation à 84kg en janvier/février/mars/avril.
    • 2018 avec Nice sera une belle année, ok avec une reprise en fin d'année pas top mais ça progresse.
    • 2019 sera enfin l'année d'une relative stabilisation avec un reprise automnale mesurée.

     

    Mais pourquoi donc les kilos sont ils là ?

    C'est vrai cela ? Autant je comprends que lors des phases plus "tranquille" coté sport les stocks ont tendance à augmenter mais si je regarde la période 2012/2018 je suis à plus de 9h de sport / semaine ! Avec un poids moyen à peine sous les 100kg. Pire, c'est en 2014 et 2015 que je vais atteindre mes pics.

    Ci dessous le suivi poids/heures de sport par semaine depuis 2002 :

    Sport, alimentation et poids

     

    Le détail :

    Sport, alimentation et poids

     

    Il faut donc chercher ailleurs et il n'est pas nécessaire d'avoir fait polytechnique of London comme Serge Benhamou pour comprendre que c'est dans l'assiette que la solution se trouve. Pourtant pas mal de sportifs ont comme crédo "courir plus pour manger plus", et j'avoue être de ceux là. Alors là aussi une analyse quantitative est nécessaire.

    Désireux de me motiver à une alimentation un peu plus équilibrée, j'ai pris l'habitude depuis mi 2012 de me noter les journées coté miam miam. Bien sur aucun comptage de calories ni même de gradiant de la malbouffe, juste un "OK/NOK" quotidien. OK = pas d'excès et sérieux, NOK = ça dérappe parfois peu, parfois beaucoup. Je reprends donc l'analyse par semaine en regardant la combinaison de trois KPI (english style pour dire chiffres clés ;-) ) :

    • évolution du poids en % (rappel : 1% c'est beaucoup
    • % du sport par rapport à 8h/jour et 
    • % des jours OK

     Les objectifs sont :

    • analyser l'impact de l'alimentation et du sport sur le résultat global
    • voir s'il existe une "limite" en sport et/ou alimentation au delà de laquelle la prise de poids est garantie (ou au contraire)

    Bien sur il faut tempérer avec le nombre de mesures par cas mais avec 450 semaines, on dispose d'une bonne base (je précise que cela ne concerne que mon cas personnel, ce n'est bien sur pas une étude scientifique). Ce sont des mesures "réelles", il est donc assez logique de ne pas trouver des semaines "super sport/hyper gras" ou "0% sport / 100% régime". Souvent les motivations sont combinées, le volume le plus important se trouvant au milieu du tableau (autour de 50% Alim et 100% sport)

    Sport, alimentation et poids

     

    Alors que peut on en déduire ? :

    •  Si l'alimentation n'est pas un minimum équilibrée et bien on prend systématiquement du poids même avec un volume de sport de 1h/jour (bilan global positif pour Alim < 40%)
    • A l'inverse, en se limitant à un ou deux "cheat days", le résultat est quasiment assuré ! A condition de se bouger un peu bien sur.
    • Il faut pratiquer plus de 12h de sport par semaine pour "oublier" de regarder le contenu de son assiette.
    • Tout cela confirme que le contrôle du poids se fait dans l'assiette même en cas de forte dépense via le sport.

    Et maintenant, que vais je faire ?

    En mai 2018, 84kg sur la balance depuis 3 mois, ce n'est pas mal mais je sens que c'est fragile. En effet, depuis janvier et avec Nice en point de mire mon niveau de pratique sportive flirte avec les 2h/jour. Or pas un gramme en moins.... Pour cause de nombreux écarts. Je suis donc encore sur la crête et descendre à 80kg, ce qui était mon objectif en janvier, me semble compliqué.

    Au regard de ma morphologie, il est donc probable qu'une cible poids=taille-1m soit 83kg serait pas mal. Il va me falloir être très attentif après l'IronMan de Nice pour éviter l'effet "rebond". C'est à dire une forte chute de la pratique sportive pendant plusieurs semaines avec un poids stable.... du à la perte progressive de la masse musculaire. Résultat : on est confiant et au bout de 4/5 semaines c'est le drame car on assiste alors à un belle montée du poids. 

    Remarques générale sur la relation au corpsJe reviens donc sur les 3 "tions" pour clore cet article.

    • Motivation : avoir toujours un objectif en tête. Qu'il soit sportif ou personnel. Avec éventuellement des objectifs intermédiaires. Les triathlons longue distance ont été mes principaux défis ces dernières années. Vais je continuer ? probablement.
    • Musculation et sport en général. S'obliger à maintenir un rythme. Maintenir 5h dans les grands creux est un minimum. Idéalement en qualitatif si manque de temps. Sur ces 5 dernières années la moyenne a été de 9/10h, c'est un bon objectif.
    • Alimentation : Je garde le meilleur pour la fin. C'et "LA" solution à l'équilibre physique nécessaire pour se sentir bien (en tout cas pour moi). Depuis 2012 je "tague" la qualité alimentaire de mes journées en OK ou NOK. Peut être dois je affiner cela avec plus de subtilité. 5 niveaux seraient adaptés je pense : "Strict / Sérieux / Normal / Moyen / Désastreux".

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique