• (en construction)

    Objectif Alpe d'Huez en 2017Le club de Saint Grégoire Triathlon a présenté ses objectifs clubs 2017 avec deux épreuves en point de mire : le Half de Saint Jean de Luz (IronBask le 9/9) et le super L de l'Alpe d'Huez (28/07).

    Pourquoi super L ? Et bien il s'agit d'un Half bien costaud avec :

    • 2,2km de natation dans une eau relativement fraiche (lac de montagne)
    • 115 km de vélo avec 3 cols dont le finish en haut des 21 lacets de l'Alpe (mythique non ?)
    • 22km de course à pied avec 3 bosses (une par boucle dans la station de ski)

    Alors effectivement, après trois IronMan "faciles" (Vichy * 2 et Vitoria), le challenge montagne est intéressant. La préparation devra être beaucoup plus exigeante, en particulier pour le vélo et....la perte de poids.

    Je me tâte encore car la date du 28 juillet n'est pas vraiment facile. Petit plus produit, les organisateurs promettent moult cadeaux au club le plus représenté. Et comme on est déja quasiment 60 à vouloir y aller (sur l'ensemble des épreuves), je sens que le SGT va encore se faire remarquer.

    Il ne me reste plus qu'à perdre 15kg et trouver une bonne grosse pente dans le coin de Rennes. Je viens d'aller fouiner sur Strava, sauf que la plupart des prétendus "cols" sont en fait dus à des erreurs de calcul. Reste les bosses de Saint Germain...mais tellement courtes.

     


    votre commentaire
  • Le 3ème trimestre a commencé avec une méga semaine pour cause d'IronMan de Vitoria-Gasteiz. Suivi immédiatement d'une "Black Week"  (0 heure). Ce qui ne m'était pas arrivé depuis plus de 5 ans, mais c'est la rançon du succès.

    Les échéances du triathlon de Carnac puis La Baule fin septembre ont réussi à me faire garder un rythme honorable d'un peu plus de 10h/semaine. Avec bien sur la classique "baisse vélo" de l'été pour cause de déplacements Sud-Ouest (mais bon, je me suis quand même fait le rhune 2 fois avec mon vieux Arcade de 15kg).

    Quand au régime, il n'a vraiment pas été à la fête. Le prochain mois (octobre) sera décisif si je veux ne pas réitérer les automnes catastrophiques de ces dernières années.

    Entrainement S27 à 39

     

     


    votre commentaire
  • Date : 25 Septembre 2016
    Lieu : La Baule

    Triathlon Découverte La Baule 2016Format : Triathlon S (500m / 20km / 5km)

    Le lendemain du relais avec les 65 équipes Cap dont bibi comme nageur de l'une d'entre elles, l'occasion était trop belle de ne pas réaliser le doublé.

    La vente de printemps ayant vu les 1200 places partir en 30mn...la seule solution était d'attendre le 2ème larguage, celui des slots "partenaires" en septembre. Bien m'en a pris car, malgré le faible quota de places (une trentaine), il en restait encore en soirée. Difficile de résister  à l'attrait de cette épreuve qui m'a vu débuter en 2005 en mode total padawan (pas de combinaison, dossard épinglé et vélo des années 70).

    Ce sera tout de même la 8ème fois que je déposerai mon paquetage dans ce looooooonnng parc vélo. La dernière en date : 2015 dans un contexte équivalent (lendemain de relais Capgemini) mais pas super préparé et subissant encore les effets d'un IronMan de Vichy désastreux pourtant couru 3 semaines auparavant. Pourtant, j'y avais frôlé mon record de l'épreuve en bouclant le S en 1h24 (merci le matériel)

    Le matin de la course

    Triathlon Découverte La Baule 2016Dodo dans l'hotel Mona Lisa près de la gare et départ semi matinal avec deux Cap Alsaciens inscrits également. Je vais retrouver 3 Grégoriens venus se rassurer au milieu des Btwins et autres vélos de ville (non je déconne, il y a aussi du sérieux avec des cadets de club à la pelle)

    Natation

    Depuis 3/4 ans c'est départ en deux gros paquets de 600 et boucles similaires pour les deux groupes histoire d'éviter les plaintes version Caliméro (bouhhhh, c'est trop injuste, le courant était contre moi). Comme la veille, un simple U de 500m avant de traverser la plage). Partant comme d'habitude à l'extérieur j'évite la baston et parvient assez vite à nager vraiment cool. La petite houle de la veille est cette fois ci inexistante. En vieux singe, j'ai appris de mon erreur sur le relais (dérive hors de la meilleure ligne à cause du courant) et vais donc me corriger au fur et à mesure de manière à sortir de l'eau pile en face de l'arche. Il ne reste plus qu'à traverser tout le parc et se changer avec un petit malus me concernant : ayant bêtement oublié le singlet je vais devoir enfiler le haut vélo. Ce qui, sur une peau encore humide, est un peu énervant.

    Résultat natation + T1 : 15mn20 et 268ème / 1200

    Vélo

    Un peu comme à Carnac la semaine précédente, l'objectif est d'aller le plus vite possible sans se poser aucune question. La course est avec drafting, je vais donc en faire un peu mais pas tant que cela. Détestant être dans les roues ce format va me motiver pour placer des patates régulièrement afin de me mettre en tête de peloton. Et à force de papates, la moyenne est bonne. Je vais faire péter un bon 34 de moyenne grace aux roues Airborne et à une version super light du vélo (pas de prolongateur, pas de kit réparation et bidon à moitié rempli ;-))

    Résultat vélo + T2 : 38mn26 et 258ème. J'ai même réussi à gagner 27 places en vélo, c'est la 1ere fois que cela m'arrive. Généralement je me fais allumer, surtout en sortant dans le premier 1/4 de natation.

    Parcours Strava : https://www.strava.com/activities/724065895

    Course à pied

    5km, c'est limite un échauffement donc plus aucune question à se poser : à fond, on verra bien si cela tient. Dans les premier 200m, un rapide coup d'oeil sur la fitbit me donne un 4:30 au kilo. Je n'ai jamais courru comme cela ! C'est l'effet "Dossard" certainement.

    Résultat course à pied : 22mn30 et 350ème. Perte de 14 places certes mais je suis super content. J'ai même battu mon record Strava

    Le parcours Strava : https://www.strava.com/activities/724065877 

    Général

    1h16mn15 et 255 sur 1009 finishers. Reccord pour La Baule et sur format S (compte tenu du parc énorme, on peut considérer que c'est comme un S malgré les 500m de natation). Pour mémoire j'avais mis 1h35 en 2005 ;-)

    Vidéo :

    Le triathlon S dans son intégralité : https://www.youtube.com/watch?v=pCMjVQTN58A 

     

     


    votre commentaire
  • Date : 24 septembre 2016

    Tr-Relais La Baule 2016 - Capgemini
    Lieu : La Baule 
    Format : Tri-relais 500m/26km/6,4km

    Après le succès de l'édition 2015 (40 équipes de la division services venant de Paris et les grandes villes de l'ouest), le service communication de Capgemini a décidé de monter d'un cran en étendant le concept à toutes les divisions soit environ 12 000 salariés.

    Au final ce seront 65 places proposées pour 90 demandes. Cela dans toute la France. Les équipes viendront de Rennes, Nantes, Bordeaux, Bayonne, Toulouse, Marseille, Lyon, Grenoble, Strasbourg, Lille, Paris et Orléans. Un véritable tour de France !

    Pour ce qui me concerne, je rempile en tant que nageur avec mes deux compères (ci dessous : Erwan (moi)/Dominique/Ronan). Nous serons de nouveau réunis sous la bannière "IronBreizh" avec 5 autres équipes Rennaises à nos cotés.

    Tr-Relais La Baule 2016 - Capgemini

    Le programme : 

    • Dîner avec près de 200 personnes le vendredi soir dans un restaurant de La Baule (malheureusement pas sur la plage, aucune des paillotes n'étant capable de nous accueillir). Ce sera l'occasion de distribuer les récompenses du challenge Strava (meilleurs entraînements sur les 3 semaines avant la course)
    • Petit déjeuner dans le méga barnum puis Relais le samedi matin avant de tous se retrouver sur la plage pour un giga pique-nique.

    La course :

    Je serais le nageur de l'équipe "IronBreizh". L'an dernier nous étions les 2ème de 40 équipes Capgemini, 61ème sur l'ensemble des participants. En résumé : on ne change pas une équipe qui gagne.

    650 équipes cela fait presque 2000 personnes dans le parc vélo. Certes il est grand mais cela génère un joyeux bordel. Les équipes Capgemini sont plutôt au début, c'est donc une marée bleu ciel qui est présente (avec en face une marée jaune d'EY et une autre marée bleu ciel pour les équipes STX (chantier naval de St Nazaire)). Derniers conseils entre participants et la vague de bonnets roses descend sur la plage.

    Départ en deux groupes face à une mer un chouye agitée. De loin ce n'est pas vraiment Hossegor mais lors de la rentrée on a bien senti les vagues puis la houle. En tant que nageur je vais la jouer un peu large et, logiquement, perdre du temps lors du passage des bouées. sur le retour, avec le courant de coté, ma nage sera assez peu rectiligne. Résultat une arrivée à l'extrémité de la zone synonyme de perte de terrain mais c'est le jeu ma pauvre lucette. Remontée à fond les ballons sur  la plage puis le long du parc (les équipes Capgemini sont coté sortie). La foule est compacte entre les nageurs, les équipiers, les cyclistes qui partent en faisant "clac/clac". J'arrive tout de même à dépasser quelques otaries, c'est toujours cela de gagné. Passage de puce et Dominique part file pour sa hamster dance.

    Résultat natation + T1 : 12mn25  92ème au global et 9ème Capgemini (à 4secondes de la 7ème place et 1 minute du premier Cap)  

    Comme d'habitude le vélo est constitué de 4 boucles de 6,4km avec ses deux rond points et deux 180° par tour. 650 équipes en même temps = drafting "techniquement" obligatoire mais du coup il y a création de pelotons (logique et en plus comme il y a un peu de vent, ceux qui veulent performer et sont habitués à rouler en groupe ne vont pas hésiter). La configuration de la boucle avec 4 passages dangereux par tour (les 2 petits ronds points + 2 demi tour) ajouté à l'énorme variabilité des vitesses en font un cocktail détonnant. Heureusement une seule chute sans gravité  répertoriée chez Capgemini. Mais tous les cyclistes "performants" reviendront au parc avec un peu de peur dans le regard. Pour la petite anecdote on va voir un cycliste Cap rentrer dans le parc  avant les leaders.... c'est clair il avait fait un tour voire deux en moins. C'était du à une casse sur le dérailleur, les arbitres ont été cools en laissant le coureur partir tout de même avant une évidente disqualification

    Résultat vélo + T2 : 42mn45 6ème Cap et 98ème vélo avec un gain de 23 places.

    C'est au tour de Ronan d'aller chatouiller le bitume Baulois. Ce n'est pas compliqué : un A/R à fond. On terminera ensemble sur la finish line.Tr-Relais La Baule 2016 - Capgemini

    Résultat course : 24mn42 6ème Cap et 100ème au total avec un gain de 7 places.

    Résultat final : 1h19mn54 4ème Cap sur 65 et 62ème au total sur 620 équipes classées (environ 650 finishers).

    Rappel 2015 et évolution: 

    Tr-Relais La Baule 2016 - Capgemini

    Bilan : en tant qu'équipe la plus homogène de Capgemini (écart de classement entre le meilleur relayeur et le moins bon), nous terminons à notre place (4ème, logique avec 65 équipes et quelques "costauds").

     

    Revoir le Triathlon Relais dans son intégralité : https://www.youtube.com/watch?v=djDy-MIZWUs 

     


    votre commentaire
  • Triathlon M de Carnac 2016Date : 18 septembre 2016

    Lieu : Carnac 
    Format : Triathlon M 1500m/40km/10km

    Le club de Saint Grégoire a choisi cette épreuve comme "Sortie club de fin de saison". Après Quiberon 2015, Coëtquidan 2016, Laval 2016 et bien sur Vitoria 2016, la cité aux mille menhirs va donc voir débarquer une horde de Grégoriens noirs et roses.

    Deux options possibles : S & M (Championnat de Bretagne). Alors que 10 SGT vont "timidement" se présenter sur le départ du sprint, le format olympique sera envahi par nos couleurs avec 69 Grégoriens sur 240 places. De mémoire de speaker breton, personne n'avait jamais vu cela. Bon au final on sera un peu moins de 60 mais tout de même.

    Épreuve "pure" c'est à dire sans drafting histoire de sortir les engins de guerre; Carnac propose un 1500m en mer (normal) suivi de 3 boucles vélo entre la partie plage et le centre ville et enfin 3 aller/retours le long des plages (Grande plage, Legenese et un peu de Ty Bihan pour les connaisseurs).

    Bon, on y va cool donc aucune préparation spécifique mais je me dis tout de même que dans la lancée de Vitoria et en mettant tous les atouts possibles de mon coté il y a moyen de battre mon meilleure temps sur M. Pour rappel mon maigre reccord c'est 2h54 à Paris en 2011, pas super glorieux tout de même. Mais là je sors les roues de compet, la super combinaison, les chaussures sur le vélo avec les petits élastiques (comme les pampers) et tout et tout. Sans compter que le "mini" parc sera la garantie de transitions pas trop pénalisantes.

    Météo entre deux, je désactive l'option WE pour se la faire en mode opération commando avec covoiturage optimisé (3 triathlètes et 3 vélos dans une 508 breaks). Après 1h45 de route nous déboulons donc à Carnac qui semble atteint d'une "Grégorite" (apparitions de Grégoriens un peu partout).

    Le départ programmé à 14h30 nous autorise une reconnaissance de la boucle vélo de 13km qui semble assez piégeuse. En bons professionnels nous nous devons d'aller vérifier cela. Mais en bons professionnels (bis) on va devoir écourter les 2/3 derniers kms pour ne pas louper le départ ;-). Bilan : finalement ce n'est pas aussi dangereux qu'on pouvait l'imaginer.

    Arrivée dans le parc à 14h en bon dernier et,  zut, la photo de groupe SGT a été faite sans nous. Le parc est bien construit avec les "barres" auxquelles on suspend le vélo. Les arbitres sont également regardants sur le bordel et un gros tas de sac à dos se constitue dans un coin.

    La photo de groupe :

     

    Triathlon M de Carnac 2016

     

    La natation : 1500 en 1 boucle sereine.

    Triathlon M de Carnac 2016Avec un mois de septembre exceptionnel la température de l'eau est encore à 19/20°C donc combinaison optionnelle. Mais, allez comprendre pourquoi, il n'y avait qu'un SlipMan : notre animateur FaceBook JP bien décidé à se la jouer vintage (bon, sur son Specialized Shiv tout de même, faut pas déconner). Environ 250 au départ, ce n'est pas la foire d'empoigne mais les contacts sont réguliers jusqu'à la 1ere bouée. Sans vraiment réfléchir j'essaie de nager le plus proprement possible et...ça marche. J'arrive même avant certains costauds du club, la gloire...temporaire.

    Sortie de l'eau en 29mn16, 60ème scratch et 18ème SGT.

    Transition T1 : court et rapide.

    C'est un parc destiné à faire péter les records. Certes je continue de mettre mes chaussettes mais avec les chaussures sur le vélo et un parc concentré cela passe comme une lettre à la poste. Mais le niveau est là comme les classements vont le montrer.

    Sortie de T2 en 2mn26, 235ème (sur 250, belle perf non ?) et 45ème SGT (sur 50). Je vais y perdre 14 places dont 2 SGT (les saligauds)

    Vélo : à fond du début à la fin

    Triathlon M de Carnac 2016Dés le départ l'ambiance est donnée, ça va chauffer sur le bitume avec tous les gars lancés à fond en mode contre la montre. Sur le plan, la boucle parait piégeuse avec de nombreuses relances. Certes ces dernières sont là mais sans danger (sauf 1 virage à la con). Et cela donne du piquant. Je vois mon compteur s'affoler à 35 de moyenne. on s'en fout, on verra bien. Je me fais déposer par quelques costauds du club mais c'est le jeu ma pauvre lucette. Petite gloire tout de même, je parviens à ne pas me faire rattrapper par la tête de course. Ce qui était normalement garanti avec 3 boucles vélo. Serais je dans un bon jour ?

    Fin du vélo en 1h13mn38, 171ème et 34ème SGT. Perte de 34 places dont 8 SGT. Je suis dorénavant 154ème mais super fier de mon 33 de moyenne (merci les roues Airborne)

    le parcours Strava : https://www.strava.com/activities/716812031 

    T2 : bis répétita

    Idem que pour T1, cela va trés vite (enfin j'ai l’impression....).

    Sortie de T2 : 1mn59, 241ème (c'est démoralisant, ils font comment les autres) et 47ème du club. j'arrive même à perdre 5 places dans les stands. Surtout que là je n'ai même pas l'excuse des chaussettes.

    Course à pied : j'aime regarder les triathlètes qui courent le long des plages...

    Triathlon M de Carnac 20162,5 boucles plates le long des plages de Legenese, un bout de Ty-Bihan et de la grande plage. Autant dire qu'à 50 SGT sur 250 je vais en croiser des triathlètes noirs et roses. Me sentant plutôt en forme, certes les jambes un peu en coton, mais avec la motivation du classement club en tête, c'est parti ! Sur ma fitbit, je flirte avec les 5mn30/kil, on ne se pose pas de question et on allonge la foulée pour boucler ce jogging dominical.

     Temps course : 52mn39, 182ème et 32ème du club.

    Général : 2h39mn59 (sub 2.40 !) : 176ème sur 256 et 31ème du club. Sachant que l'épreuve était tout de même championnat de Bretagne, je suis super content . Et en plus j'explose mon record M de presque 1/4 heure !

     


    votre commentaire
  • Ce 10 juillet avait lieu le triathlon de Vitoria Gasteiz (IronMan et Half). j'ai eu le plaisir d'y finir ma 3ème course format IM. Après Challenge et IronMan Vichy, je passe donc sur une "grosse" organisation hors label. La prochaine sera t elle une "petite" épreuve comme St Malo ? Peut être en 2018.

    Le résumé pour les super pressés : 

    • Un déplacement "club" organisé par le Saint Grégoire Triathlon, on sera environ 50 à Vitoria
    • Préparation lancée par les challenges Training Academy de Rennes. Course OK mais Vélo bof
    • Super WE en mode club avec tourisme sportif et pasta party
    • Natation OK, vélo dur à la fin et course super compliquée sous 33°C
    • 13h12 et arrivé juste avant la fin de la finale Euro (les maçons ont gagné)

    Le récit complet : 

    Petit retour en arrière : après un premier IronMan sous la bannière Challenge à Vichy en 2013 préparé honnêtement et terminé en 12h30, rebelote en 2015 également à Vichy après une année 2014 quasi blanche pour cause de blessure. Cette fois ci avec le logo IronMan qui va bien (et le sac, le T-Shirt, le sweat, les goodies, etc. ;-)). Par contre l’expérience 2015 fut plus rude, un excès de confiance doublé de conditions météo chaudes difficiles vont me faire terminer en mode Hawaii 1980 à la lueur des projecteurs en à peine moins de 15h. Oui, je sais, ce n’est pas très honorable… mais comme disait Pierrot (De Coubertin NDLR), l’essentiel est de participer.

    Triathlon IronMan Vitoria Gasteiz 10 juillet 2016Dés septembre 2015, le club de Saint Grégoire s’est mis dans la tête d’emmener un maximum d’adhérents sur un méga « objectif club » version longue distance. L’épreuve de Vitoria-Gasteiz avec ses deux courses (Half & Full), le coté exotique (pays basque espagnol) et le timing OK (10 juillet) est assez vite sortie comme LE bon choix 2016. C’est la 10ème édition d’une épreuve qui fut auparavant Challenge, gage de sérieux et de bonne qualité. De plus les commentaires web sont excellents, que demander de plus ? Ah si, se décider rapidement car même si les places ne se vendent pas en 10mn comme à Roth il est fort probable que le millier de dossards disponibles sur chaque course parte vite.

    • Le site des organisateurs : http://www.triathlonvitoria.com/?idioma=fr
    • La page Facebook que j'ai créée pour l'occasion : https://www.facebook.com/roadtovitoria2016/?fref=ts 

     

    Triathlon IronMan Vitoria 2016

    Habituel Doodle pour recenser les intéressés plus « pression » du bureau du SGT pour que je les accompagne (c’est beau la gloire ;-)). Début octobre il faut se lancer. Allez, si je vais aussi loin ce n’est pas pour me faire une grosse sortie vélo doublée d’un long jogging. Ce sera donc Full ou rien. Un peu comme si je préférais être dernier de ligue 1 plutôt que …..dernier de ligue 2 ;-). Mais on est en octobre, juillet est encore loin, on verra bien.

    Arriva ce qui est arrivé chaque fin d'année depuis 3 ans : une monstrueuse reprise de poids automnale. Bon, certes moins forte qu’en 2013 (+20, non ? Si ! Rhoooo) mais comme là je partais de 97 (pour 1,84m je rappelle)… je me contentai d’un +7 (ohhh félicitations Erwan, tu progresses, tu es sur la voie de la réussite….non je déconne, tu n’es qu’un gros bouffon incapable de résister à un maxi pack familial de M&Ms (trop gras, trop salé ET trop sucré)). Me voila donc à 104kg en fin d’année. Il va vraiment falloir faire quelque chose.

    Heureusement la lumière m’est apparue (alléluia), et celle-ci avait le nom de « Training Academy ».  Sorte de salle de Fitness avec un concept de « Challenge » assez innovant dans le plus pur style « gagnant-gagnant ». Thierry le grand gourou d’Onlinetri y a d’ailleurs été plus que transformé. Bon je vais faire vite, c’est une salle de sport proposant des séances de HIIT (High Intensity Interval Training, sorte de mix muscu/cardio de 40mn environ). Mais surtout avec cette proposition assez inédite de Challenge, une sorte de super essai gratuit de 6 semaines…. Qui reste gratuit si on perd 7Kg. Avec tout un décorum autour, conseils alimentaires, motivation de groupe, etc.… le but à moitié avoué étant de nous faire signer ensuite pour adhérer au club (et là par ici la monnaie, normal).

    Triathlon IronMan Vitoria Gasteiz 10 juillet 2016

    Bilan des courses : j’en ai fait 2 et me suit délesté d’une grosse quinzaine de kilos de janvier à mars, challenge réussi.

    Le récit détaillé : http://erwan-triathlon.blogg.org/entrainement-2016-s01-a-s13-a125571300

    Au-delà des kilos, j’ai aussi appris quelque petits trucs et ces séances de « HIIT » (sorte de PPG plus dynamique), et bien elles sont vraiment efficaces et j’ai vu mes précédents Personnal Reccords STRAVA Course fondrent comme neige au soleil (bon, normal avec les kilos en moins me diriez vous mais tout de même). Je vais donc continuer tout seul dans mon garage avec quelques haltères et un tapis, comme Steve Jobs ou Bill Gates à leur début (la comparaison s’arrêtera là).

    Entretemps la logistique s’organise. Le club nous a dégoté des chambres en cité U, on programme un méga covoiturage car ce sont près de 50 Grégoriens qui vont descendre en terre basque. Et de mon coté je cale les habituels « objectifs de Runkeeper ». Le but, faire aussi bien dans la prépa qu’en 2013. Et il me reste 4 mois, là il faut passer la seconde.

    La préparation :

    En quelques mots :

    • Pas beaucoup de natation mais qu’importe, la combinaison 3.8 est là pour me sauver la mise ;-)
    • Le vélo en chute libre et seulement 2 sorties au-delà de 100km (là c'est un peu moins drôle)
    • Bon volume de course facilité par les nombreux déplacements parisiens (j’en ai enchaîné des sorties matinales à l'hippodrome de Longchamps ou au parc Monceau)
    • Nouveauté 2016 : la PPG en mode HIIT maintenue après le challenge 

    Le résultat par semaines : un peu en dents de scie mais régulier avec un pic à 20h lors de mon escapade londonienne où j'ai flirté avec la mort dans les rues de la capitale britannique + aligné les sorties running.

    Triathlon IronMan Vitoria Gasteiz 10 juillet 2016

    Pour préparer l’avenir il faut connaitre le passé, jetons donc un œil sur les prépas 2013 & 2015.

    Triathlon IronMan Vitoria Gasteiz 10 juillet 2016Je me suis basé sur les 26 semaines précédant l’épreuve. Différence notable, Vichy avait lieu fin août donc avec des vacances d'été synonymes de grosse natation. La préparation avait également commencé dés janvier (soit 35 semaines avant l'épreuve) mais les deux premiers mois n’ont jamais été prolifiques donc la vrai préparation des 26 dernières semaines est fortement comparable. 

    1er constat : le volume de 2013 est là à 2 heures près donc cela devrait coller. Mais le vélo est vraiment en recul. Pour le Challenge Vichy, j’avais vraiment préparé cette partie, fait de nombreuses sorties longues etc… Rien de tout cela en 2016, je pense que je vais le payer. Le volume global est rattrapé grâce à la PPG qui sera d’un très bon apport tout de même.

    Version graphique :

     Triathlon IronMan Vitoria Gasteiz 10 juillet 2016

    La descente vers le sud.

    La course ayant lieu le 10 juillet au pays basque… on peut s’attendre à un Week-End rouge voire noir dixit bison futé. Je vais donc choisir de partir dès le jeudi quitte à avoir un peu plus de temps pour s’acclimater là bas, et ça c’est important mon gars. Triathlon IronMan Vitoria Gasteiz 10 juillet 2016Nous partirons à 4 + nos vélos + 2 clients Blablacar qui permettront de bien réduire les frais. Tout cela dans le grand monospace de Xavier du SGT. Mappy nous annonce 8h de route, ce seront finalement 10h qui nous attendront pour cause de bouchons Bordelais (normal en même temps surtout après l’ouverture de la cité du vin) et d’une pause « dépôt Blablacar + glace sur la plage » à Hendaye.  Le départ matinal nous permet d’arriver en milieu d’après midi dans notre super cité universitaire. Cité U certes mais tout confort, ce sont des sortes de petites chambres individuelles avec une mini cuisine partagée entre deux étudiants et salle de bain perso, le grand luxe en somme. Du méga confort par rapport à mes souvenirs étudiants de 1996 avec 3 douches pour 20, le sac-frigo accroché à la fenêtre et la bouilloire qui faisait sauter les plombs de tout l’étage. En plus ils disposent d’une salle TV design avec des pouffes (les gros fauteuils informes pas les filles à l’esprit libéré) + une salle qui nous servira de repère pour nos PPPP de samedi (Petite Pasta Party Privée).

    Une fois posés les paquetages et les vélos, destination le village où nos précieux dossards nous attendent. Le logement est vraiment bien placé, nous ne sommes qu’à 15mn de marche de la fameuse Plaza España, l’antre de l’arrivée. Place pour l’instant bien calme car rien n’est encore installé. Le village partenaire est certes plus discret que sur une organisation IronMan mais on y trouve tout le nécessaire (au cas où vous auriez même Triathlon IronMan Vitoria Gasteiz 10 juillet 2016oublié votre vélo, il y a un stand BH, la marque étant de Vitoria. En plus le CLM « Tour de France » est en promo à 8000E ). Paquetage dossard clair et propre avec un coupe vent et une casquette en cadeau. La quinzaine de « jeudistes » de Saint Grégoire vont tous se retrouver le soir dans le café « Victoria » au nom prédestiné. C’est en effet là que l’on va assister au fameux France / Allemagne pour la ½ finale de l’Euro. Les Espagnols ayant été éliminés en 8ème, autant dire que tout le monde se fout royalement du foot à Vitoria. L’ambiance est donc totalement Frenchy sauf pour les tapas et les tortillas….belle soirée d’où on repart tous avec la banane vous vous en douterez.

    Le lendemain, on s’est programmé une reconnaissance de la « petite boucle » qui passe par le lac. Ah oui, précision la natation se déroule à environ 20km de l’arrivée (centre ville), ce qui amène une logistique bien particulière avec la T1 proche de la nage (normal) et la T2 à 20km donc. Quand au parcours vélo, sans être imbitable il n’est pas super simple et est constitué de 3 boucles différentes : 1 petite et deux grandes (ci-dessous la description de la 2ème boucle). Ce qui est sur c’est qu’à la fois les Full et les Half vont faire une première boucle d’environ 50km autour du lac, ce sera donc notre menu du jour. Différents groupes du club vont se former au fil de la journée, nous c’est à 5 et en tenues plus que coordonnées Triathlon IronMan Vitoria Gasteiz 10 juillet 2016100% corporate que nous allons découvrir le site de la natation ainsi que  la petite boucle vélo. Après une sortie de Vitoria sans intérêt (grandes avenues, zones commerciales puis industrielles), on met le Cap sur Landa et là c’est beaucoup plus sympa. Dés la sortie de la ville le revêtement est vraiment nickel (ça c’est un commentaire « touristique » de triathlète qui n’en a rien à faire du point de vue…non, ce qui compte vraiment c’est la qualité du goudron ;-)). Sinon l’approche du lac est superbe avec un look très « Suisse » comprenant les montagnes en arrière plan, les maisons style chalet helvète et même un mignon petit clocher surplombant l’eau bleue du lac. J’ai bien dit surplombant car on s'y tape une  bosse courte mais nette qui nous met le doute (ce n'était pas plat Vitoria ?). Le départ natation est organisé au sein d'une base de loisirs probablement prisée des locaux en été avec petite plage artificielle, grandes pelouses, quelques animations etc.…. Mais on n’est pas là pour rigoler (hum) donc direction la boucle vélo. Très agréable, super revêtement (remarque touristique), jolis paysages (ah ben quand même on est pas des bêtes), survient d'un coup un panneau +10% qui peut faire peur mais sur seulement 300m (ouf). Retour à fond les ballons sur Vitoria, il n’est que 11h30 mais le soleil cogne déja pas mal. On se doutait bien que l’Espagne en juillet ne serait pas gelée mais ce sera « la » difficulté pour dimanche. Première mini pasta party dans la micro cuisine de notre chambre (on sera au final 7/8 dans les 2m2 pas mal non ?).

    Au fil de l’après midi, toutes les autres voitures du SGT arrivent sur Vitoria avec leurs tonnes de vélos, la cité U se rempli de bêtes de course dont de nombreux contre la montre. Triathlon IronMan Vitoria Gasteiz 10 juillet 2016C’est vraiment une ambiance cool. L’après midi comprendra une virée de nouveau au départ natation pour tester l'eau (quand je vous dis que nous sommes des professionnels..mais bon, on y est retourné en voiture pour ne pas fatiguer les organismes ;-)). Le parc vélo se construit peu à peu sous nos yeux. Vendredi oblige, la pelouse est seulement remplie de triathlètes, certains avec leurs fidèles montures à leurs cotés. On s’observe, on se jauge ;-) mais on va surtout tester l’eau de notre giga piscine. 1ère info : la combinaison sera autorisée car l'eau doit être à 19/20°C. Je vais me faire 10/20mn pour la forme (un peu tard pour l’entrainement natation) avant de me larver bien peinard sur l’herbe. Retour vers 18h pour le RDV club  Plaza España. Toujours aucune installation de tribunes mais par contre une impressionnante tablée de Grégoriens noirs et roses nous attend. Triathlon IronMan Vitoria Gasteiz 10 juillet 2016Une chtite bière, quelques photos dont la traditionnelle devant le  « logo pelouse » de la ville. Il est vrai qu’on impressionne avec nos tenues coordonnées + quelques perruques et bien sur les drapeaux bretons. Pour l’anecdote on recevra la coupe du club étranger le plus représenté (et de loin). A 20h direction la pasta party officielle. Mon expérience dans ce domaine était à ce moment là limitée à 4 : 

    • A la Baule du temps de la finale D1 qui était plutôt un repas de fin de championnat et pas vraiment une pasta party de pré-course
    • Au Half Mansigné pour la première édition. C’était bien tranquille et basique mais c’est une « petite » épreuve alors normal que la pasta se résume à jambon-coquillettes donnée par une gentille mamy.
    • 2 fois à Vichy ou là c’est du lourd avec de l’ambiance et de la qualité (bonne pasta, vidéo, animateur...)

    Triathlon IronMan Vitoria Gasteiz 10 juillet 2016Les espagnols étant plutôt des fêtards je m’attendais à retrouver à minima le niveau festif de Vichy. Et bien non, c’était nul. Limite distribution de repas pour les nécessiteux. Pas de musique, pas de vidéo, des pâtes froides et pas terribles, des tables clairsemées…. Heureusement qu’on a débarqué à 40 sinon bonjour la déprime. Après réflexion, il est fort probable qu’une grande majorité de participants n’arrivent que le samedi. Ce sera le seul point noir/gris du Week-End alors on les excuse. Mais, conseils aux organisateurs : mettez de la musique, un écran géant et demandez une confirmation de participation à la pasta afin d’optimiser sa préparation….et sa qualité.

    Retour pépère à la cité U pour un deuxième dodo.

     

    Samedi : Briefing et dépôt de vélos

    Les organisateurs proposaient un briefing en Français à 9h. Compte tenu de la délocalisation de la natation, des bus à prendre, etc.… cela vaut le coup d’y assister. Et puis on n’a pas d’autre chose de prévu alors let’s go. Ceux qui ont lu le road book officiel en Français n’ont pas du être déçu de la traduction « Google translator » avec des phrases plus qu’approximatives. Autre suggestion aux organisateurs : faire relire et corriger la document par un « vrai » francophone. Cela n’a pas raté, c’est la super traductrice qui était également chargée du briefing en Français. Certainement très sympathique mais si elle est prof de Français, j’espère que c’est en maternelle. Conséquence : un joli téléphone Arabe entre les participants, elle et les officiels. Exemple : « quand récupère-t-on les puces ?   Réponse : on vous les donne ». De toutes façons je ne vais pas faire la fine bouche, l’essentiel était de connaitre les horaires de bus pour le dimanche matin et on les a.

    Triathlon IronMan Vitoria Gasteiz 10 juillet 2016Je vais repasser par le village histoire de rester dans l’ambiance. Comme prévu, le stand dossards est pris d’assaut (quand je vous dis que tout le monde arrive le samedi). Puis retour à notre chère Cité U pour une petite pasta party privée qui va s’organiser au dernier moment. Combien est-on ? 6 ? 8 ? 10 ? 12 ? 14 ? 16 ? Bon je file avec un gus dans le Carrefour local acheter de quoi se Triathlon IronMan Vitoria 2016faire une bonne platrée de tagliatelles qui elles seront chaudes (avec melon et yaourts 0%, on est des sportifs je vous dis pas). Je coordonne le truc en répartissant les cuissons de pâtes et les coupages de melon dans les différentes chambres (j’aurais du me faire chef scout). Au final on sera 24 dans la salle de la cité U ! Heureusement certains ont apporté leur « manger » et c’est dans une joyeuse ambiance que l’on Triathlon IronMan Vitoria Gasteiz 10 juillet 2016échange nos premières impressions. Joyeuse mais sobre, j’avais prévu un peu de vin…. On a killé seulement une bouteille à 24 ! Et en plus j’en ai pris 2 verres du coup 3 gars m’ont discrètement passé le N° de SOS Alcooliques anonymes Rennes ;-).

     

    Les choses sérieuses commencent avec la préparation des sacs, le collage des stickers sur épaule/mollet + bonnet & vélo (je serais le N° 749 comme l'attestent les photos).
    Petite sieste l’après midi et visionnage de la fin d’étape du tour de France allongé sur un gros pouf orange, le panard je vous dis pas.

    Triathlon IronMan Vitoria Gasteiz 10 juillet 2016

     

    Ce n’est pas tout mais il faut penser au dépôt de nos chères montures à T1. Les bus de l’organisation sont conseillés. Certains vont y aller en vélo, nous on se la joue tranquille via la voiture de Xavier. A l’approche de T1, c’est carrément la folie avec des voitures partout, un bordel sans nom nous obligeant à nous garer à près de 1,5km du parc (bon, en même temps on ne va pas grogner pour une petite marche non ?). Nous ne sommes évidemment pas les premiers et le parc bien rempli est assez impressionnant avec ses 2300 emplacements.

    Triathlon IronMan Vitoria Gasteiz 10 juillet 2016

     

    Les milliers de vélos sont là à attendre d’être lâchés le lendemain. Pas de tente de transition,  on sera tout simplement dans l’herbe (quoique si, il y en a deux petites pour ceux qui veulent vraiment de l’intimité). Le dépôt des sacs revérifiés 50 fois, on peut vraiment dire que la course est enclenchée.

    Triathlon IronMan Vitoria Gasteiz 10 juillet 2016Retour à Vitoria pour une deuxième Petite Pasta Party Privée, là aussi à 24 et là aussi en killant seulement une bouteille de rouge local (des warriors je vous dis !). Dodo relativement tôt avant le réveil à 5h30.

    Compte tenu du transfert, le départ est assez tard : 8h pour le Half, 25mn après pour le full. On prévoit de prendre un bus à 6h30 afin de laisser une heure de prépa aux Halfeurs.

    Le jour J

    Départ à 6h après un petit déjeuner version Gatosport,  mode hyper Triathlon IronMan Vitoria Gasteiz 10 juillet 2016concentré vers le point « Bus » où nous attendent de nombreux cars de l'organisation (mini une 60aine de rotations tout de même). On sent la concentration émaner de nous tous pendant les 20mn de trajet, pas un bruit ou presque. Le lac approche, dépôt à environ 500m du parc, ce sera donc une longue file indienne de triathlètes qui progresse sans un mot vers le graal (oui enfin, le début du graal). Contrôle assez simple pour la rentrée dans le parc. Tout le monde regonfle ses pneus, on enfile sa combinaison et dépose le sac « affaires de ville ». Et enfin le regroupement pour les dernière minutes….qui vont être un peu plus longues que prévu. En effet un brouillard plane sur le lac, certes non londonien mais suffisamment épais pour nous empêcher d’apercevoir la 1ere bouée (pas super pratique me direz vous, surtout pour le tête de course. Moi je suivrai les pieds devant moi). D’où un départ décalé de 45mn. Les fulls partiront donc vers 9h10, cela promet un vélo chaud chaud car les prévisions sont restées à 31/33 + soleil pour toute la journée, heureusement sans vent. Nous assistons au départ des 1300 Halfeurs en mode mass-start. C'est toujours impressionnant de voir à quel point le 1er est loin alors que le moins pressé des participants décide enfin de faire trempette.

    La natation : 3800m en deux boucles identiques (rectangle allongé) avec sortie à l’australienne

    Triathlon IronMan Vitoria Gasteiz 10 juillet 2016

    J’avoue qu’à partir de ce moment je rentre un peu dans ma bulle. Je ne cherche plus les 11 autres Grégoriens (en même temps c’est un peu comme reconnaître un pingouin dans la marche de l’empereur). Je me place globalement au milieu, on verra bien si ça bastonne. Juste après la sortie des leaders du Half, c’est à notre tour. Grande respiration, on se demande ce qu’on fait là mais c’est trop tard il y du monde derrière qui pousse. Coup de corne de brume (c’est l’occasion vu que ce putain de fog est de retour), on est partis ! 1000 au départ forcément cela frotte un peu mais sans animosité. Il faut rester bien concentré, ne pas s’en faire et aligner les battements de bras. Comme d’habitude le premier virage est tellement loin, il faut dire qu’il est environ à 700m soit 14 longueurs de piscine olympique alors on patiente… Je nage souvent les yeux fermés pour bien poser ma nage (bon pas trop longtemps quand même ;-)). Ah ! Enfin le virage, une deuxième ligne droite, une deuxième grosse bouée et retour vers la maison. Avec l’arche en point de mire cela me parait infiniment long mais nous voici enfin sur la plage. 100m sous les hourras des supporters avant de repartir pour un tour. La deuxième boucle passe plutôt bien avec le ciel qui se dégage totalement, la vue est superbe et….on sait dorénavant que cela va chauffer dés le début du vélo ;-).
    Résultats natation : 1h12 soit mon meilleur temps IM (il est vrai que la 3.8 est fantastique).

    Transition 1 :

    Changement dans l’herbe au pied du sac, je me tartine de crème solaire sur la nuque, le visage et en file à un Grégorien plutôt blanc de peau (je pense qu’il en aurait bien chié sans). Mes 3/4 Gregoboys voisins de parc sortent de l’eau à peu près en même temps. Je vais bien sur prendre mon temps pour me changer totalement (tenue 100% vélo). Les supportrices SGT sont toujours là félicitant la fois les Full qui partent et les Half qui finissent leur première boucle (c’est ça être Fan comme dirait Obispo).

    Résultat T1 : 10mn18. En progrès ;-)

    Vélo

    Si vous avez bien suivi on part sur une première boucle vélo qui correspond à la première du Half avant Triathlon IronMan Vitoria Gasteiz 10 juillet 2016d’enchaîner une deuxième plus grande puis la même tronquée pour revenir sur Vitoria. A cela on ajoute une sorte d’A/R de 6km afin de boucler les 180. Vous n’avez rien compris ? Pas grave (à coté la deuxième boucle pour vous aider). Ce qu’il faut retenir c’est qu’à la sortie de la natation on va partager la route sur environ 5km avec les Halfeurs. Ces derniers ayant environ 1h05 d’avance sur nous, le gros est en train de boucler son 1er tour de 40km. C’est donc un véritable embouteillage qui va parfois m’obliger à freiner pour limiter le risque de carton pour drafting « involontaire ». Vous vous rendez compte ? Moi ! Freiner ! Mais perso cela me donne la pêche, surtout qu’on a plutôt des Halfeurs relativement costauds autour de nous. 5km plus loin, changement radical, je passe du métro 18h à la solitude (oui bon pas seul seul non Triathlon IronMan Vitoria Gasteiz 10 juillet 2016plus). Le compteur «Fitbit Surge» me donne des ailes en affichant un bon 34 de moyenne après plus de 10km. Bon, calmons-nous, il en reste près de 170…. Je passe la mini bosse de 10% facilement et les kms s’enchaînent comme on enfile des perles. Je veille à boire une gorgée tous les 5mn et à m’arroser. Déjà ? Et oui le soleil cogne fort et heureusement les points de ravitaillements situés tous les 20km permettent de se rééquiper correctement en bidons + morceaux de banane. Voila d’ailleurs le fameux A/R. Sorte d’excroissance de 3km dédiée au Fulls. Le 1er passage est assez sympathique car il permet de saluer ses collègues. Les deuxième et troisième seront largement moins motivants. A la fin de la première boucle mon moral est au beau fixe : bonnes sensations et 32km/h de moyenne. C’est parti pour la grande boucle dans la campagne Vitorienne.  Je joue un peu au chat et à la souris avec quelques concurrents en attendant patiemment les premiers « coins » de ce grand rectangle. Le dernier coté est un peu moins sympa car on y longe ponctuellement une autoroute mais ça va, cela reste bucolique. Ce qui sera moins cool c’est l‘apparition d’une sorte de crampe à la jambe droite lors de la deuxième montée vers Landa soit environ Triathlon IronMan Vitoria 2016au 110ème  kilomètre. En alternant la force sur les jambes et en moulinant ça passe mais cela n’augure rien de bon. Il vaut mieux prévenir que guérir, je m’arrête au 125ème pour une pause massage de pieds coup à boire et, soyons fous, un petit pipi. Il est environ 14h et le soleil est au max. La chaleur est vraiment là. Pour être franc j’angoisse un peu de me farcir 55km avec les jambes en semi vrac (probablement du à l’absence chronique de sorties longues et à mon faible quota vélo lors de la prépa. Mais c’est un peu trop tard pour pleurer). On se concentre, on ferme les yeux (bon pas trop longtemps en vélo) et on retourne au charbon. La dernière boucle se fera quand même en mode « Lonesome Cowboy » avec parfois 0 vélo dans mon champ de vision (par contre les champs de blé ne manquent pas). Le vent s’est un peu levé mais rien de grave, cela ne suffira pas comme excuse en cas d’abandon (ben zut alors). Dernier passage dans ce putain d’A/R vent pleine face ;-) et ce sera la descente vers Vitoria. Quelques longues avenues plus tard, j’arrive enfin à T2.

    Résultat vélo : 6h21. Correct, je suis plutôt content même si la moyenne a bien chuté dans la dernière boucle.

    Transition T2

    Contraintes de centre ville oblige, la tente de transition est à environ 150m du dépôt vélo. Idéal pour se détendre les jambes me direz-vous. A ce moment là, ce que je me dis : ça va chier des bulles car mes jambes sont déjà en béton. Reste un marathon ? Quelle blague ! En enlevant mes chaussures je vais découvrir un de mes doigts de pied complètement violet. Certainement suite à un léger choc au départ de natation + 6h30 coincé dans une chaussure. Aie… c’est sensible au toucher, quid de la course ? Finalement je ne le sentirais pas (et hop, une autre excuse qui s’envole). Je sors en trotinouillant (trottinant est trop rapide) un bidon à la main.

     

    Résultat T2 : 14mn38 – sérieux j’avais vraiment besoin de ce temps. (le premier a mis 2mn53…ça calme)

    Course à pied : 4 boucles de 10,5

    1er passage Plaza España où c’est de la folie, la foule acclamant TOUS les participants. L’ambiance générale sera d’ailleurs d’un grand secours pour maintenir le moral à un niveau acceptable. Je savais que le parcours était totalement Triathlon IronMan Vitoria Gasteiz 10 juillet 2016tordu avec des boucles et des ½ tour dans tous les coins. J’aurais peut être du l’étudier un peu car, et c’est un gros manque je trouve, il ‘y a pas les habituels panneaux 1km/11,5km/…. Du coup avec mon allure mi marche mi course, je ne sais pas  du tout ou j’en suis. Heureusement les supporters SGT sont là tout au long du parcours. C’est bon pour le moral comme dirait la compagnie Créole. Et je vais en avoir besoin car régulièrement les crampes reviennent brutalement m’obligeant à m’arrêter pour boire comme un ivrogne sortant de désintox. Autre spécialité locale : pas de chouchou à chaque tour. On ne sait donc pas trop quels sont nos compagnons d’infortune. Sauf quand le 3ème du full me double avec son vélo accompagnateur. Là je suis fixé. Certes il est dans son dernier et moi dans le premier tour, certes il me dépasse nettement mais il ne me dépose pas comme une merde. On sent que les 33°C ont fait du dégât. 1er tour en 1h15, compte tenu des marches régulières ce n’est pas si mal mais je peux dire adieu à la 1ere mi-temps (finale euro France Portugal le soir même). Le deuxième est vraiment dur et j’envisage sérieusement d’abandonner quand le miracle survint : un concurrent généreux me donne une pastille de sel à croquer. Les crampes vont disparaître comme par magie. Certes la fatigue musculaire est toujours là Triathlon IronMan Vitoria Gasteiz 10 juillet 2016mais l’angoisse de la voiture balai s'éloigne alors que je termine le premier semi en 2h35 (belle perf non ?).  Au 3ème tour je commence à prendre mes marques dans ce parcours compliqué, en particulier la section « universitaire » avec ses longues lignes droites qui se frôlent. Eric du SGT me double enfin, il est dans son « ultima » soit le dernier tour. En absence de chouchou et avec l’heure tardive de plus en plus de supporters espagnols me demandent « Ultima ? » avec un grand sourire…auquel je réponds par « Tercera » et un haussement d’épaule. Désolés mais motivés, nombreux nous gratifient de « Venga » (allez) et « Animo » (courage). Enfin c’est le dernier passage Plaza Espana et la foule survolté, les SGT sont déjà au Victoria devant le début du match et sortent me soutenir, ça fait vraiment chaud au cœur et me motive pour courir tout le long du double passage sur la place. 3ème tour en 1h15. A défaut d’être rapide, je suis régulier. En parlant de régularité, j’ai eu autour de moi un papy hispanique de +70ans qui trottinait en ahanant mais qui au final va boucler son IM ! Et devant moi en plus, il n’y a plus de respect trans-générationnel. A la rituelle question « Ultima ? » je peux enfin répondre « Si ! ». Le soleil s’est couché et on ne souffre plus de la chaleur depuis longtemps. Cela ne m’empêche pas de boire comme un trou (facilement 10 voire 15 litres dans la journée) pour avaler les derniers kms.

    Dernier passage Cité U, et enfin on approche de l’arrivée. Tout le SGT est sorti pour m’applaudir, ils sont super. J’essaie (un peu) d’allonger la foulée (sur la vidéo c’est moins cela ;-)). Ça y est, c’est fait !

    Résultat course : 5h12

    Final : 13h12 et 672ème sur environ 740 finishers (1000 partants)

    Le « juste après course »

    Triathlon IronMan Vitoria 2016Récupération du T-shirt Finisher, de la médaille tant attendue. Je me traîne en boitillant vers T2.1 (Vélo) puis T2.2 (sacs) et bardé de tout ce matériel direction le Victoria pour la fin de la finale. Arrivée en fanfare dans le bar totalement francisé. Je suis en effet le dernier Finisher SGT, dernier mais 6ème sur 12. Comment cela ? Et oui, la chaleur a fait de gros dégâts en éliminant la moitié du troupeau, tous sur abandon. Et le foot me direz-vous ? Et bien 0-0 à la fin du temps réglementaire, j’ai bien fait de prendre mon temps. Direction la cité U, heureusement les collègues seront là pour me porter mes sacs et mon vélo car je ne suis pas beau à voir avec ma démarche de robocop. Jambes hyper raides et chevilles en compote mais médaille atour du cou. On arrivera à la cité U juste avant de se prendre la claque portugaise dans la gueule. Comme quoi tout le monde ne peux pas gagner le même jour. Boisson de récupération à gogo et dodo comme on peut avant un réveil relativement matinal car départ prévu à 9h pour retrouver la Bretagne.

    Rien à dire de particulier sur la remontée si ce n’est que mes jambes en acier m’empêcheront de prendre le relais dans la voiture (désolé et merci les gars pour votre soutien).

    L’après course

    Semaine de récupération avec 0 sport (et oui vous avez bien lu, rien, nada). Les trois premiers jours car j’en étais incapable, les 3 suivants par absence totale de motivation.

    Le bilan

    Un super WE club, une course terminée à l’arrache. Certes la température élevée n’a pas aidé mais j’ai bien ressenti le manque de préparation vélo qui a fortement handicapé la course à pied par ricochet (c'est ce que disent tous les spécialistes du long : "Vélo en deça...c'est la cata !"). L’ambiance avec les autres participants SGT était géniale. Bon, je l’avoue, on n’a pas vraiment joué les touristes culturels lors de notre temps libre (sortie vélo, sortie plage et tour de France ;-)) mais après tout c’est le jeu ma pauvre Lucette ! Je recommande vraiment ce triathlon pour l’ambiance, la qualité de la course et le fait de combiner Half et IM qui permet de super objectifs clubs. La prestation est proche des labellisés pour la moitié du prix (bon sauf la pasta mais nous ne sommes pas des gastronomes non plus).

    Et si je comparais mes trois IMs ?

    Petit rappel :

    • Vichy 2013 : 1er IM prépa sérieuse, super conditions météo et 12h27
    • Vichy 2015 : Prépa de merde, grosse chaleur, 6h bénévole la veille sur le Half : 14h55
    • Vitoria 2016 : prépa correcte mais manque de long, grosse chaleur, super ambiance : 13h12

    La synthèse des différents temps : 

    Triathlon IronMan Vitoria Gasteiz 10 juillet 2016

    Même s’il est difficile de comparer des résultats IM (conditions, type T1/T2, dénivelé.. même les deux Vichy ont des parcours légèrement différents). On peut dire que les trois ont des tracés équivalents avec un peu de dénivelé vélo mais pas trop et 0 sur la course. A noter que Vichy 2013 avait environ 5km de moins en vélo. Pas de surprise la 1ere édition mieux préparée éclate tout le monde et 2015 est bon dernier. A noter un meilleur résultat en % des partants pour Vitoria.

    Et enfin ce qui va rester dans un tiroir et que je ressortirai pour mes vieux jours ;-)

    Triathlon IronMan Vitoria Gasteiz 10 juillet 2016

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    2ème trimestre avec un bon volume et une très grande régularité sur la course à pied (grandement aidé par mes déplacements pros et de longs joggings). Une semaine "noire" de vélo pour cause de vacances à Ibiza et toujours la natation à la traîne. Après le 1ere trimestre en mode "challenge" et donc une alimentation sérieuse, c'est dorénavant nettement moins bon. Le poids a donc été stable grâce au rythme hebdo plus que correct (13h et toutes les semaines en vert). A noter une semaine "stage sportif et linguistique" à Londres.Entrainement 2016 : S14 à S26

    Entrainement 2016 : S14 à S26

    Entrainement 2016 : S14 à S26


    votre commentaire
  • Capgemini de nouveau en force au Tri-Relais de La Baule 2016Après la réussite de l'édition 2015 et 45 équipes sur le remblai provenant seulement de la division "services" (2000 salariés tout de même répartis entre Paris et les principales villes du grand ouest). Capgemini APPS France a décidé de remettre le couvert en étendant le concept à toute la société soit environ 12 000 salariés.

    65 places sur le Tri-Relais de La Baule ont été réservées ainsi que moult places d'hotel, le barnum sur la plage etc...

    l'ensemble des sites seront représentés ce qui fera un véritable tour de France avec plus de 20 destinations : Paris, Nantes, Rennes, Brest, Caen, Tours, Orléans, Marseille, Bordeaux, Pau, Toulouse, Lyon, Grenoble, Strasbourg, Lille,.....

    Cela montre comment un tel événement peut être un trés bon vecteur de communication interne et de rassemblement d'équipe. C'est le cas de l'entreprise manitou depuis 5/6 ans (http://manitou-triathlon.wix.com/accueil). Mais aussi Airbus (62 équipes en 2015, SNCF, STX, ECOSYS....)

    RDV le 24 septembre 2016 à La Baule !

    Site des organisateurs : http://www.triathlon-audencialabaule.com/

    NB: pour rappel, Capgemini Monde c'est 200 000 collaborateurs....si un jour la com décide de faire un événement "Groupe", il faudra privatiser l'ensemble du Relais ;-)


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires