• Récit IronMan Vichy 2015

    L'objectif IM Vichy 2015

    Récit IronMan Vichy 2015L’année 2015 ne commençait vraiment pas bien. L’habituelle reprise de poids d’automne avait fait des dégâts, certes pas autant qu’en 2013 où j’avais vu ma balance post Vichy passer de 90 à 110 en 6 mois (belle perf, n’est ce pas ?), mais 106/107Kg me narguaient encore sur la balance en février. A cela j’ajoute une blessure lancinante à la plante de pied gauche (ça ne s'invente pas), cette dernière m’empêchantt de courir… bon pas une super forme sportive.

    Alors comment se motiver et relancer une année sans projet sportif ? Je me serais bien vu courir un Half. Royan ? Un peu trop loin pour une course. Vendôme ? Trop tôt et pas super sexy. L’IronBreizh de Guidel pointait son nez et devenait une option intéressante pour mi septembre (en plus Saint Grégoire Triathlon en avait fait un "objectif club").

    Quand soudain « LA » nouvelle est tombée : le transfert de Vichy du label Challenge vers  Ironman. Et, pour des raisons principalement juridiques, les organisateurs ont remboursé tous les inscrits pour ensuite ré-ouvrir les guichets au prix d’entrée soit 300E. S’il en avait une, ça a du faire avaler sa cravate au PDG d’IM plus habitué à des tarifs de 550/600E  voire 700E pour Zurich. Ravi de l’expérience Challenge, je me suis dit qu’entendre « YOUUUUU ARE AN IRONMANNNNN !!!! » devait quand même faire dresser les poipoils des bras. Et j’allais enfin disposer d’un T-shirt Finisher qui ferme le clapet des marathoniens de Paris ou du Mont St Michel (sur ce point, celui de Vichy 2013 version Challenge est désespérément discret, pas facile pour se la péter ;-)). Et puis ce sera l'occasion de tâter de la fameuse ambiance IM. Donc, sur un coup de tête, je fais péter l’inscription ni échangeable ni remboursable (même si on meurt, ce ne sont pas des gros sensibles à la WTC) et c’est parti.

    Pour mémoire le récit du Challenge Vichy 2013 : http://erwan-triathlon.blogg.org/recit-challenge-vichy-2013-p1002460

    La préparation


    Récit IronMan Vichy 2015Dans la foulée je crée trois « challenge runkeeper"  : 6000Km en vélo, 1000km en CAP et 100km en natation sur la période 1/1-31/8. En moyenne 11h/semaine, c’est pas mal me diriez vous mais cela devrait passer grâce à mes déplacements pros (pas mal de vélo dans la campagne Rouennaise et plus de souplesse dans mon emploi du temps, il faut bien trouver des avantages à quitter son foyer). 
    Bon, ce n’était déjà pas super bien parti avec une moyenne janvier/février dépassant à peine 5h/semaine et encore grâce au home trainer du Mercure Vaudreuil. Bien ! Ça c’est fait ! Reste à s’entraîner et passer la seconde….. Mars n’a malheureusement pas été mieux avec une semaine de déplacement en Italie mémorable de médiocrité sportive (ma qué Erouannne, tou ne reprends pas dé pasta, tou n'aimes pas les plâts de la mama ?). Heureusement cela va mieux en Avril/Mail/Juin/Juillet avec une moyenne de 11h/semaine grandement due au vélo (même si la course est correcte mais les sorties désespérément courtes).

    Normalement les vacances d’été dans le pays basque auraient du être synonymes de grosse natation et longues séances de CAP. Coté big piscine (la baie de Saint Jean de Luz), c’est OK mais la course fut dramatique avec des courbatures après le moindre jogging de plus d’1h…cela promet pour le marathon.

    Pour synthétiser, la natation devrait bien passer à condition de rentrer dans ma combinaison 3.8 toute neuve encore jamais portée. Par acquis de conscience je vais la tester à Carnac la semaine précédente, ouf ça rentre. Reste à prier que l’Allier ne dépasse pas les 24°C afin de profiter de l'aide néoprénesque (dopage technologique ? n'importe quoi !). Pour le vélo les sorties régulières dans la campagne Normande me rassurent un peu. Mais ma seule véritable sortie longue entre Rennes et Carnac ne fut pas très glorieuse (160km). Il est vrai que les bosses bretonnes avec le vent certes pas tempétueux mais 100% de face, un sac à dos et, pour finir, une véritable douche pendant 20km… ce n’est pas super aidant. Quand à la course, voila le gros point noir. Certes 650km de réalisé sur la période mais seulement 2 sorties au dessus de 12km…et Récit IronMan Vichy 2015encore, 15 et 16. A peine suffisant pour une prépa semi. L’objectif sera donc seulement de finir, si possible pas en petits morceaux. Pour couronner le tout mon poids n’est pas du tout descendu et j’affiche un bon 97kg (pour 1,83m je rappelle. Mon objectif étant de descendre à 90 comme en 2013). Il est vrai que le pays basque en été…avec les apéros, le fromage, le gâteau basque (à la cerise, pas à la crème…hé, 5 fruits et légumes / jour), et bien ce n’est pas super super top pour la fonte du gras.

     

    Le voyage & Le village

    Comme en 2013, je vais arriver à Vichy en train le vendredi après midi pour en repartir lundi matin (merci les Miles SNCF). Presque seul cette année je m’inscris comme bénévole sur le Half du samedi, cela me permettra de voir la course de l’intérieur et accessoirement de choper un beau T-shirt « IronMan Crew ».

    La dernière semaine a vu les réseaux sociaux s’agiter sur la météo qui s’annonçait bien chaude et, panique absolue, le risque de voir la combinaison interdite est apparu. La pression monte…..mais en tout cas on aura du beau soleil, le risque d'orage s'est éloigné.

    Récit IronMan Vichy 2015Comme les choupettes (les petits chiens NDLR), la SNCF n’apprécie les vélos qu’empaquetés dans leurs TGV. Et bien qu’importe, un gros sac IKEA complété d’un sac poubelle feront l’affaire ;-). Vous pouvez noter à gauche l'équipement complet : vélo/roues/malto et drapeau breton. 2 h pour Rennes – Paris, une transition Montparnasse-Bercy en véloRécit IronMan Vichy 2015 et c’est reparti pour 3h de Paris-Vichy (à droite la mini gare de Bercy). Pas super super rapide il faut bien l’admettre, c’est Pétain et Laval qui ont du avoir le temps de taper des belotes en 40. Quelques vélos et des mecs bien affûtés le nez dans le programme officiel ici et là dans les wagons, ça
    sent la course. Arrivé à Vichy, j’ai le sentiment que la ville est beaucoup moins aux couleurs du triathlon qu’en 2013 mais peu importe. Il est vrai que c’était alors le championnat d’Europe...et ça, ça donne des arguments face au conseil municipal pour faire péter le budget banderoles.. Remontage du vélo et direction le CREPS où j’ai eu l’énorme chance de trouver une chambre pour le Week end. Situé à 10mn à pied de la course dans une ambiance saine et sportive, le CREPS vous propose ses hébergements au design sobre et moderne. Récit IronMan Vichy 2015Effectivement, c’était clean mais j’ai fait un saut temporel vers mes années étudiantes dans cette chambre sans TV, sans Téléphone, lit de 90 non fait, et pas de clim. Je croise les doigts pour que la chaleur ne soit pas trop forte la nuit…. Mais c’est cool, il y a des triathlètes partout, un club de motards bedonnants, tatoués et moustachés qui assureront la sécurité vélo, on perçoit même d’ici la grosse zique du village.

    Récit IronMan Vichy 2015Vélo et matos déposés, direction l’antre de l’IronMan, et je serai « vraiment » dedans. Des banderoles partout, une aire d’arrivée qui dépote, du gros son, des vélos de folies un peu partout et une collection hallucinante de T-shirt Finisher IM portés par de beaux spécimens pimpims (mais OK avec certainement de gros niveaux, vu l'affutage des bêtes). Pour aller chercher son dossard il faut traverser le merchandising IM qui claque vraiment avec des "M" dans tous les sens. Ce n’est pas compliqué, je pense qu’ils ont hésité à faire un blender IronMan (ben oui, pour se préparer des bons fruits au lait de soja après une grosse séance !). Pour le sextoy logotisé, c’est leur crainte de voir les compagnes de Finishers comparer avec monsieur qui a du bloquer le projet. Ok, j’avoue, je vais craquer et m’acheter "le" sweat officiel IM Vichy 2015 avec Récit IronMan Vichy 2015tous les participants dans le dos (cf photo...si, si ,je suis dessus !). Mais oserais-je le porter si je ne finis pas…, de toutes façons je vais finir ..mouais.. Passé ce temple de la pimpitude IM, on a encore droit à des vendeurs de combinaison dernier cri, de vélos à 8000E, de chaussures, de gel fantastiques etc…. avant la tant attendue tente tendue des tossards (allitération ?). Pour le Half la file est encore dense et c’est non sans une certaine fierté que je prends ma place dans celle du Full (mRécit IronMan Vichy 2015ême si certains ont du se demander si, au vu de mon profil, je ne venais pas prendre le dossard de mon fils pour l’IronKid ou de mon épouse pour l'IronGirl). A moi les stickers, les sacs transitions, le super sac à dos IM de belle taille (pensé pour les triathlètes car on peut facilement y glisser chaussures, combi, casques et serviette). Je vais pouvoir frimer au Découverte de La Baule ;-). Une ou deux photos souvenirs et je file récupérer mon paquetage bénévole. Sur demande je ne ferais « que » la ½ journée de samedi matin, bon, ½ journée qui commence par un poste natation de 5h à 9h (j’ai obtenu gentiment le droit de n’arriver qu’à 6) suivi d’une mission primordiale de 10h à 15h : la distribution des chouchous sur les boucles course à pied. Une 1/2 journée de 10h en fait, on voit qu'IM a été racheté par des chinois ;-)

    Récit IronMan Vichy 2015Méga pasta party le soir avec  3000 bouffeurs de spaghetti qui ont englouti près de 1 tonne de pâtes. Ah oui, c’est vrai, j’ai oublié de vous dire que le passage sur label IM a fait presque doubler le nombre d’inscrits. C’est fou non ? On sera donc environ 1600 sur le Full et 1500 halfeurs déblayeront la route samedi.
    Qui plus est il y a pas mal d’étrangers et cela donne un coté vraiment sympa à l’épreuve. A cette Pasta je retrouve les frérots de la Véga-Letort venus cools en terre Vichoise (Vichyseuse ? Vichysoise ? vite…wikipédia !). Deux plâtrées de pâtes plus tard retour dans ma cité U pour un premier sommeil….et réveil à 5h. Idéal pour se mettre dans le rythme ;-).

    Bénévole sur le Half le samedi

    Récit IronMan Vichy 2015Mon premier job de bénévoles sera on ne peut plus simple, j’étais planton à un passage public au pied de la mise à l’eau. Endroit idéal pour voir passer les x vagues de départ. L’ambiance est vraiment là, le parc vélo est énorme. Les DJs déchaînésRécit IronMan Vichy 2015 et il fait super beau. Ah oui, je ne vous ai pas dit, Vichy nous a fait un « 2012 » en mode light avec "seulement" 35°C samedi et dimanche (43°C en 2012 qui avait vu le full transformé en Half au dernier moment). Et oui ma bonne dame, il peut faire chaud dans l’Allier. Combi autorisée avec un 22.2°C (ouille, l’Allier peut il prendre 1,8°C en une journée caniculaire ? mystère…). Fauves lâchés à 7h00, le départ en vagues fait que les premiers « pros » sortent de l’eau avant que la dernière vague n’y rentre... L’ambiance est bien là. J’y resterai jusqu’à la barrière horaire natation : 8h30 où je serais bien navré pour 5/6 participants bloqués à la sortie de l'eau…dur pour eux mais 1900m en 1h en combi, si on prépare un Half il faut quand même l’assurer. Néanmoins ils faisaient bien la gueule, 150E le ticket piscine (sans douches ni chlore), c'est dur à avaler.

    Les chouchous

    Alors que l’ensemble des concurrents sont partis pour 90km sous le soleil, je rejoins le poste "chouchous" Récit IronMan Vichy 2015qui se met en branle avec flammes, ravitos en eau et les fameux bracelets de couleurs salvateurs synonymes de tour réussi. L’ambiance est assez cool mais je commence à me dire que presque 6h à piétiner en plein cagnard… ce n’est pas idéal comme veille d’un IronMan. Bon, cela me fera une excuse de plus en cas d’abandon ;-).
    C’était la première fois que j’étais vraiment bénévole sur une course et cela me permet de leur tirer le chapeau encore une fois. Félicitant les participants, à leur service pendant des heures, souriants même quand de (rares) connards zé connasses grognent car le don de chouchou a eu un raté.
    Heureusement la team leader a pitié de moi et je peux assurer ponctuellement des petites missions qui me permettent de me dégourdir les jambes et d’échapper au soleil qui cogne dur. Rebelote à la barrière horaire, 3 filles et un gars se font choper à la sortie du vélo. Rageant quand c’est pour 2/3 minutes. Enfin voici les derniers concurrents, il est 15h30… je remercie l’équipe chouchous et file me farcir une barquette de nouilles/saucisse avant de rentrer au CREPS pour la préparation des sacs.

    Matériel et  dépôt des vélos


    Récit IronMan Vichy 2015Consciencieusement j'étale toutes mes affaires sur le lit de 90, colle les stickers, vérifie tout 3 à 4 fois en enchaînant les utilisations dans ma petite tête (ben oui, ce serait quand même con de courir le marathon en chaussures vélo). Half oblige, on ne pouvait déposer son vélo que de 16h à 20h, et c'est tant mieux. Je ne vais pas me priver de le déposer tard, cela m’évitera un dégonflage sécurité des ZIPPS à cause du soleil.
    Après m’être apposé le 1472 sur l’épaule et le mollet (par principe vu qu’il sera sous mes manchons de compression), avoir méticuleusement préparé mes sacs T1 et T2, je repars vers le parc avec tout ce beau matériel. Photo du vélo en entrée du parc pour l’assurance et dépôt dans un gigantesque salon du bike de folie : Récit IronMan Vichy 2015des lenticulaires à foison, des aéros partout, quelques montures délirantes et, dans l’ensemble un super matos même si de rares Btwin ou vieux Gitanes nous rappelle qu’il faut avant tout avoir les jambes.
    Organisation nickel, dépôt des sacs T1 et T2 et….achat in extrémis d’un aimant pour mon compteur sur les ZIPP qui en étaient dépourvues (et oui le diable se cache dans les détails). Une dernière flânerie dans le village et la concentration commence à sérieusement monter. Back au CREPS pour un plat de pâtes (encore ? on n’est pas en Sicile pourtant) et surtout une recherche de sommeil au plus tôt. Heureusement m’a journée de bénévole m’ayant bien claqué je vais réussir à m’endormir à un horaire de maison de retraite, vers 10h je ronfle déjà.

    Le déroulé de la journée de course

    Réveil 5h, petit dej sans Gatosport oublié à Rennes (et hop, une excuse de plus pour les mauvaises perfs), coup d’œil à la météo : les 35° seront bel et bien des nôtres, ouille.. Et Récit IronMan Vichy 2015c’est la lente procession des (futurs) IronMen vers le départ. Dépôt de mon sandwich au pâté Hénaff pour le 90eme kilomètre, dernière vérification du vélo avant d’enfiler la tenue d’otarie. Et oui, l’eau a été mesurée à 23,6°C, les comploteurs s’étonneront que ce ne soit pas 23,99°C mais ce chiffre magique rassure tout le monde : la combinaison est autorisée. Le grand hall est rempli de men in black. Ayant pris assez peu de crème anti frottement pour le tour de cou j’avise un tube de NOK que j’emprunte à un gars… texture vraiment bizarre style jaunasse avec des pustules (la crème, pas le gars). En reposant le tube bien usé j'y remarque une étiquette de prix à moitié effacée en Francs…. Soit pré 2001, glups… il Récit IronMan Vichy 2015utilise son tube une fois par an ou quoi ? Un dernier appel à ma chérie qui n’a pas dormi de la nuit à cause de la canicule annoncée. Elle me somme d’abandonner à la sortie de la natation…Bon un peu extrême mais logique dans l'absolu, cela fait chaud au cœur mais si je suis venu ici, c’est quand même pour y aller. La rassurant sur mes qualités de dromadaire je lui jure de ne jamais me mettre dans le rouge et de l’appeler régulièrement pour la rassurer de vive voix. De plus les deux boucles vélo et les 4 CAP permettent un abandon presque à tout moment. Heureusement, ma présence dans la dernière vague m’a donné tout le temps nécessaire à ces actions diplomatiques.

    Natation

    Récit IronMan Vichy 2015Toutes les 5/10mn des vagues s’élancent. Récit IronMan Vichy 2015Comme hier on verra les pros finir leur première boucle avant de mettre les pieds dans l’Allier. Notre groupe, les « noirs », est le dernier et le plus conséquent avec près de 450 nageurs. Heureusement le départ est bien large et la première bouée à 950m. Deux boucles et une sortie à l’australienne nous attendent. Je ne sais pas trop comment les groupes ont été constitués. Est-ce par temps déclaré en natation lors de l’inscription ? Par temps total estimé ? Mystère mais en tout cas ce n'est pas par groupe d'age. La musique grossit, la foule se déchaîne, PAN, c’est parti ! On reste tout de même assez collés serrés mais le crawl se pose bien. L'Orca 3.8 est vraiment exceptionnelle de souplesse et de glisse et je vois défiler le bord de l’Allier. Ouille, c’est long 950m finalement, voila enfin la grosse bouée de ½ tour. Le soleil se lève et flirte avec les immeubles situés le long du plan d’eau. La lumière est orange, brillante, c’est superbe. Je commence à doubler des bonnets verts (vague précédente -10mn, c’est pas beau de tricher sur son temps nat ;-))  Récit IronMan Vichy 2015voire des roses (vague filles -15mn), salut les girls je vous paie un pot au prochain ravito ? Passage sous les hourras du public (oui bon, presque hourra en fRécit IronMan Vichy 2015ait…). 2ème tour avec un départ en mode métro parisien à 18h car le couloir est étonnamment petit style 10m. Il faudra revoir cela pour 2016 (bon, je dis ça je dis rien, ça va quand même). Une fois passé le 3eme 180°, ça sent l’écurie (oui enfin la fin de la toute petite première étape). Sortie de l’eau dans la grosse ambiance et direction la tente de transition.

    Analyse des résultats :  On dit souvent qu'il y a pas mal de mauvais nageurs en IM, je confirme car malgré mon niveau plus que moyen je me trouve grosso modo au milieu des 1500. 
    Petite explication pour les lignes oranges "absolu". C'est le classement "physique" sans prise en compte des vagues. Et le Delta représente le bilan des dépassement/dépassés sur le secteur. Là mon bilan est de -23. J'aurais par exemple été dépassé par 123 nageurs (n'oublions pas qu'on est parti à 450 de front) et en aurait dépassé 100 (soit les mêmes soit ceux des vagues précédentes). Vous n'avez pas bien compris ? ce sera plus clair en T1.

    Transition T1


    Récit IronMan Vichy 2015Récit IronMan Vichy 2015
    Transition avec pas mal de monde mais je peux dire que je vais vraiment prendre mon temps pour enfiler ma tenue de cycliste, bien sécher mes petits petons etc.… Alors que tout le monde court et bien moi je marche peinard pour traverser le parc, et sortir tranquille. On n’est pas aux pièces que diable !

     

    Analyse des résultats :  (et oui, même la transition est importante). Bon...comment dire, j'ai un peu été la vache qui regarde passer les trains mais je préfère perdre 5mn (OK, 10..) que de partir mal fagoté ou en ayant oublié quelque chose (comme les chaussettes à Paris en 2011). Physiquement 116 gusses me passeront devant (cf ligne orange) et je serais 182ème sur 183 de mon groupe d'age (les gars de 45 à 50ans). Belle perf également d'être quasiment dernier de tous les finishers ;-) (1174/1178)

    Vélo 

    Une fois passé le premier km un peu roots avec ses racines (certains parlaient de 5km de racines sur Onlinetri… pourquoi pas 180 ?), c’est OK. On se fait 4/5km de traversée de la ville banlieusarde de Bellerive et s’est parti pour la campagne. Il est environ 9h30 et on sent déjà bien le soleil. Pas d’hésitation je me mets en mode « gorgée toutes les 5mn ». Je ne vais pas regretter d’avoir pris deux bidons et pas un seul en me rendant à l’épreuve Récit IronMan Vichy 2015car je pense que l’hydratation sera un élément clé de la journée (bon pas non plus la peine d’avoir fait polytechnique pour le deviner non plus). Dés les premiers tours de roues je ressens une légère douleur sous le pied droit. Ah oui, je ne vous ai pas dit : ignorant superbement le conseil des vieux sages « en course, de nouveautés tu ne testeras point ! » et bien je partais équipé de mes nouvelles chaussures vélo à serrage molette (et non pas mi- molette même s’il y a aussi un scratch, elles ne viennent pas de Hollande mais d'Italie). Et le meilleur, les ayant reçues une semaine avant la course je suis parti faire une sortie test, pour voir. Après 1h de pédalage, douleur très ciblée sous le pied droit que j’attribue à un mauvais réglage des cales (trop en arrière). Malgré cela, certes après avoir re-réglé les cales mais sans test supplémentaire je pars pour 180km…quand je vous dis que je recherche le maximum d’excuses en cas d’abandon.... Finalement cette gêne partira comme elle est arrivée, ouf.
    Restons dans le matériel, je remercie mes Zipp pour leur efficacité. Finalement c’est pas mal de s’entraîner avec de bonnes grosses roues bien lourdes et aux roulements inefficaces, comme cela en course c’est le bonheur ! Allez chiche, ma prochaine prépa je la fait en Vélib avec un sac de cailloux dans le panier. Les villages s’enchaînent et voila le premier ravitaillement après environ 25km. Pas d’hésitation : une gourde d’énergie et une d’eau pour se rafraîchir ne seront pas de trop. La boucle de 90km pourrait se résumer ainsi : environ 50/60km complètement à découvert en mode bucolique (champs de blé, petites routes, villages et pas d'ombre..). Puis la difficulté (hum, les montagnards doivent bien se marrer) au 65ème environ avec une cote de 1km à 4/5%. 12km dans la forêt (merci chênes centenaires de votre ombre protectrice) et enfin 12km de route super roulante bien droite pour revenir à Vichy. Récit IronMan Vichy 2015Tout le long du parcours les bénévoles et les spectateurs nous encouragent et à ça fait vraiment chaud au cœur et frais à la tête. Je me sens pousser de ailes et me mets à dépasser régulièrement des concurrents, c’est cool.
    Lors de la ligne droite vers Vichy les 2 leaders vont me dépasser (ou plutôt me déposer pour être plus clair). Certes partis 38mn avant moi, ils vont quand même me mettre 90km dans la vue en moins de 5h de course ….

    A 12h40 environ je rejoins le point d'eau/sandwich pâté des 95km situé au début de la boucle 2. Ahhh bonheur…mais aussi petite emmerde car plus possible de changer de plateau et je suis coincé sur la petite plaque. Rageant pour Vichy et son parcours roulant. Finalement ce sera un mal pour un bien car ce petit plateau va limiter mes ardeurs et me forcer à mouliner voire me reposer dans les descentes. Reprise à 13h (ben quoi, il faut le temps), maintenant c’est clair on les aura nos 35°C. Pas mal de cyclistes commencent à être dans le dur. A chaque ravitaillement c’est double bidon et éventuellement douche au jet. Je redouble pas mal de vélos. En fait ceux qui m’ont dépassé dans les stands ;-). Bon, je vous rassure je me fais doubler aussi mais pas tant que Récit IronMan Vichy 2015cela. L’ambiance est concentrée et cool, quelques petits mots entre concurrents pour passer le temps mais le regard reste calé sur le prolongateur. Au ravitaillement du 45 je récupère 2 bidons dont un à moitié vide….arghhh. Trop tard, ce sera un relais avec moins d’arrosage. Les kms s’enfilent, à chaque clocher j’espère le prochain point d'eau. Et puis non, on scrute le prochain. D’après mon compteur il ne devrait plus être très loin et heureusement car il me reste seulement un fond de bidon. Apercevant un concurrent sur le coté à l’ombre je m’arrête pour m’assurer que tout est ok (oui, je sais c’est un peu bon samaritain mais je suis comme cela). C’est un anglais il est mort de soif mais pas naze (logique, vu que 35° en Angleterre ce n’est pas arrivé depuis….en fait ce n’est jamais arrivé). Dans un grand élan de bonté je lui donne mon reste d’eau (pour le dossier de canonisation c’est au Vatican à l’ordre de François). Requinqué on repart ensemble pour trouver bidons, gels et douche à peine à 1km ! Comme quoi..cela ne coûte souvent pas grand chose d'être généreux. J’en profite pour m’arrêter de nouveau et bien me réhydrater.
    La chaleur est dure et n’oublions pas un vent de sud qui, comble d’ironie ne nous porte même pas au retour pour cause de forêt (de toutes façons, une règle cycliste veut que, quel que soit son orientation, le vent n’est JAMAIS de dos et TOUJOURS défavorable). Allez, il doit rester 40km, on va se les faire. 2ème passage sur le "col" du parcours (moi je m’en fous, je suis en petit plateau) et la sortie de la forêt augure d’une fin de course enfin proche. Traversée de Bellerive, CREPS, de nouveau les racines….. Et dépôt de vélo. Ouf ! Je reste suffisamment lucide pour dégonfler légèrement mes roues. Vu qu’elles vont rester des heures sous le cagnard, ce serait dommage de rentrer avec un boyau éclat
    é.

    Analyse des résultats : 7h13 tout de même mais avec bien 40mn de pause au total. Cela doit nous faire de 28 de moyenne si on ne prenait que le temps de course. Pas si mal vu la chaleur. Je perds une grosse centaine de place au classement mais qu'importe.

     

    Transition T2

    Récit IronMan Vichy 2015Je prends carrément mon temps pour me changer, me sécher, me NOKer partout (pieds aisselles, tétons, cuisses…) et enfiler la tenue course. Je tape la discute avec un anglais qui me propose une pastille de sel. Sympa, c'est une sorte de retour sur investissement de ma BA sur son compatriote en somme. Pour la forme, ça va chier des bulles car j’ai déjà les jambes bien raides. Un bidon en main je quitte la tente après 20mn (quand le pense à Hauss qui est parti pieds nus sur un triathlon certes super court (1,5km de course) histoire d’ajouter 5sec à sa maigre avance et gagner la course, et bien..on ne boxe pas vraiment dans la même catégorie).

     Analyse des résultats : même punition qu'en T1 et là je suis carrément dernier de mon GA. Par contre, c'est plus calme. On est "entre nous" et je ne vois me dépasser "que" 22 gugusses. Et j'arrive tout de même à trouver 5 finishers plus lents que moi (ils on fait un tarot ?).

    Course à pied

    4 boucles de 10,5km, 3 passages dans l’aire d’arrivée à écouter les « You Are An IronMan » de ses voisins de rangée, le soleil qui cogne sur la moitié du parcours….ça va le faire au mental mais  physiquement ce sera dur, très dur. Dés le départ ma course est plus que pépère mais au moins je cours. Je pense que je dois être à 9km/h environ (bon en même temps mes meilleurs perfs 2015 doivent être à 10 alors…). Merci encore aux organisateurspour les postes ravitaillements si fréquents car Récit IronMan Vichy 2015on est au plus chaud de la journée avec un bon 35° à l’ombre (bon certains diraient que l’on n’est pas obligé de rester à l’ombre… no comment). Globalement on longe le bassin d’Allier via les deux ponts qui l’encadrent avec une virée dans les fameuses thermes de Vichy. La première boucle se déroule à peu près correctement en marchant longuement sur chaque ravitaillement : 1h10 soit du 9 de moyenne. J’ai d’ailleurs emporté un bidon avec moi et je ne vais pas le regretter. Mais dés le 2éme tour, je suis dans le dur avec de longues marches, heureusement à un bon rythme style papy randonneur en forme (la marche nordique avec maman, il n'y a que ça de vrais pas comme ces zozos de runners). Mais avec d'énormes portions à 6km/h, le temps est assez long. Je me mets en mode « on ne pense pas à la fin, juste au prochain poste de boisson énergisante, TUC voire saucisson». Pas de miracle, la moyenne tombe à 7.8 mais les kms s’enchaînent (un kilomètre à pied, ça use, ça use...).  Dans l’ensemble le parcours est plat donc sans difficulté si ce n’est psychologique. En particulier la longue ligne droite sur les quais située en face du village. En effet, comme on voit très bien le palais de l'autre coté de l'Allier, on pense avoir affaire à 300/400 m et c’est plié. Et bien non, ce sont quasiment 2km qui nous attendent avant de rejoindre le pont salvateur. Et cela en plein soleil…

    Récit IronMan Vichy 2015Avec le 3ème tour arrive le coucher de soleil. On sent qu’on est « entre nous » ;-) De moins en moins de monde et de plus en plus de marcheurs comme moi. Heureusement j’arrive à tenir un certain rythme tout en sentant que les jambes se raidissent pas mal. C’est le moment de taper la discute avec mes compagnons de galère (mais bon, on n‘est pas enchaînés, pas de fouet et en plus on a payé pour.. ;-)). Heureusement les bénévoles des ravitaillements sont toujours aussi sympas et certains on sortit les barbecues, l’ambiance est vraiment cool.


    Récit IronMan Vichy 2015Ahhhh voici le (presque) sésame alias l’avant dernier chouchou. J’y retrouve une partie du team bénévole de la veille qui, forcément, ne manque pas de m’encourager. En rentrant dans l’aire d’arrivée le speaker a un moment d’hésitation….et non, je reste dans la ligne « encore un tour »… pas de « You are an IronMan » pour le moment, mais il approche ! Je l’aurais un jour, je l’aurais !

     

    Maintenant la nuit est bien tombée, heureusement la quasi-totalité du parcours est éclairée. Quasi car il y a un passage dans le petit parc avant les thermes où 2/3 loupiottes auraient été bienvenues car c'est le noir total sur 50/100m. Mais je le passe en charmante compagnie : une triathlète bien motivée mais qui a énormément souffert sur le vélo avec 3 crevaisons ! Elle fini « au mental » comme on dit mais ce n’est pas facile. Courageuse, surtout quand j’apprends que le lendemain matin elle doit être à Paris pour sa rentrée d’instit et qu’elle dort dans sa voiture. Rude. Mais vu mon état, je ne lui propose pas de partager mon lit de 90 de la cité U (un peu déplacé ? non....gentleman).

     

    Récit IronMan Vichy 2015Derniers passages dans les points ravitos, derniers remerciements, un TUC par ici, une saucisse par là, de la « vraie » St Yorre sortie de la source et surtout énormément de sourires et d’encouragements. Enfin je vois le palais, plus que 3km…. Le dernier passage sur le pont…par miracle les jambes reviennent Récit IronMan Vichy 2015(oui bon, faut pas déconner, pas au point de sprinter non plus) Elles vont me permettre  de terminer en trottinant. La foule est encore bien présente malgré l’heure tardive (22h30), claquage de mains, grand sourires et enfin l’arche avec son « Youuuuu Areeeee an IronMannnnnnn !!!! » dément (enfin dans ma tête en tout cas). J’ai l’impression d’avoir des jambes de playmobil (bon un peu mieux, elles sont tout aussi raides mais légèrement indépendantes) mais je suis fier comme Artaban avec ma grosse médaille de Finisher autour du cou. Une fois le T-shirt récupéré, je me demande si j’oserais le porter au Triathlon Découverte de La Baule dans 3 semaines….. hummm peut être pas ;-). Mais je vais pouvoir regarder de haut les porteurs de « Finisher Semi Cancale St Malo » du parc des Gayeulles…même s’ils me mettent facilement 3/4km/h dans les dents ;-).

    Après course

    Récit IronMan Vichy 2015 Récit IronMan Vichy 2015Passage obligé par le Kiné histoire de récupérer ce qui peut l’être, léger détour au buffet et c’est parti pour la récupération du matériel en mode Robocop. Bon, pas trop dur de trouver mon vélo…, il doit en rester 40 dans le parc. Ce bon Giant va me servir de béquille. Bardé de mes sacs je repars péniblement vers le CREPS. Je bénie d’ailleurs les organisateurs d’avoir pu me dénicher une chambre… sinon les 4km jusqu’à mon premier hôtel auraient été vraiment, vraiment pénibles. Arrivé dans la chambre, 12 litres de boisson de récupération et hop sur le lit (attention, une jambe après l’autre…).

    Par bonheur un participant Rennais peut me ramener mon vélo, je pars donc le lendemain bardé seulement de mon gros sac à Dos ainsi que de "l’officiel" logotisé IM  histoire de se la péter un peu dans le train. Le quai est rempli de Finishers, de vélo et de sourires…plus quelques démarches assez lentes et posées si vous voyez ce que je veux dire ;-). 3h plus tard un problème dans le métro me fera prendre de nombreux et longs, mais alors là longs, couloirs avant d'arriver à Montparnasse. Pour l’anecdote, alors que je me commande un burger au Quick de la gare j’entends un « Combien ? » dans mon dos. Pourtant assez loin du bois, je suis interloqué… c’est un autre Finisher IM de Vichy qui, ayant reconnu mon sac, me félicite. Malgré mon temps plus que merdeux. Il part se reposer à Bayonne, je prends le train de Rennes.

    La synthèse de la course : 

    Récit IronMan Vichy 2015

    Épilogue :

    Une course assez fantastique mais très dure pour moi à cause de la chaleur et surtout d'une préparation catastrophique. Je me demande encore comment j'ai pu finir avec seulement des grosses courbatures. Vichy est vraiment une belle course que je recommande. Pas pour les paysages qui, même s'ils sont bucoliques et charmants (petits villages, champs de Tournesol), ne sont que de la campagne (bon peut être que ça faisait bizarre aux Parisiens "Ohhhhh, qu'est ce que c'est ? Une Vache ? Ahhh c'est donc cela qu'on mange en tartare chez Hippo ?"). Mais, ce que je retiens surtout c'est l'ambiance et la super organisation.

    Récit IronMan Vichy 2015Ayant participé en mode Challenge puis IM quelles sont les changements ? Pour la course pure (logistique, ravitaillements, services..), je n'ai pas perçu de différences. L'écart se retrouve avec l'attractivité du label IM qui a permis de doubler d'un coup le nombre de participants. Soyons clair, cela se la pète un peu plus avec du merchandising en veux tu en voila, etc... Pour l'anecdote en 2013 les bidons étaient tous logotisés Challenge. En 2015..c'était des bidons Elite tout simples, logique quand les "officiels" sont vendus 6E ;-) Mais l'ambiance reste bon enfant, même les gars bien affûtés ne me regardaient pas de haut (ou en tout cas pas de face ;-) ). Et je pense que le label IM garanti une certaine "internationalisation" qui apporte souvent beaucoup aux courses. J'y ai vu beaucoup d'étrangers d'un peu partout : Suisse (bon, ok c'est à coté), Allemand, Belges, Anglais, mais aussi USA, Japon.... (certes peut être un cadre de Michelin en expat).
    De plus la "chasse au slot" crée une ambiance "championnat du monde". Dernier point en faveur du Challenge : peut être une meilleure convivialité. Un exemple : sur IM il est interdit de passer la ligne d'arrivée en famille....sauf à payer 50E par tête pour être en loge VIP :-(. Un peu choqué au départ par cette proposition, je comprends maintenant qu'ils veuillent éviter le bordel sur la ligne avec des participants sprintant pour le slot. Et puis, après avoir payé 300E l'inscription à sa journée "100% perso", ce n'est pas plus mal de pouvoir proposer à sa compagne/compagnon des conditions cool (espace VIP, boisson, bisou à l'arrivée du sportif suant et bavant...beurk :-))


    Récit IronMan Vichy 2015Si vous désirez courir un IM, surtout ne suivez pas ma prépa 2015 mais plutôt celle de 2013 (ci dessous quelques conseils d'un total débutant...mais Finisher x 2 ;-))

    http://erwan-triathlon.blogg.org/comment-finir-son-premier-ironman-en-etant-en-surpoids-et-peu-sportif-a116029880 

    Prochain objectif : après Challenge et IronMan, direction une "sans label" dans le pays basque avec le full Vitoria de juillet 2016. Mais promis, je me remets au sport avant ;-)

    • La page FaceBook des inscrits : https://www.facebook.com/roadtovitoria2016/?fref=ts 
    • Le site officiel : http://www.triathlonvitoria.com/?idioma=fr