• Bilan général année 2018

    Bilan général année 2018

     

    Si on ne prend que les 4 principaux chiffres :

    • ·         653heures : 1h45 par jour en moyenne
    • ·         328 jours actifs : 90% des jours
    • ·         226 « bulles vertes » : 70%
    • ·         253 jours régime NOK : 69%

    Et bien on peut se dire que 2018 fut une année exceptionnellement sportive mais pas super sérieuse dans l’assiette (courir plus pour manger plus comme dirait le petit Nicolas). Après 2017 un peu loose (abandon du projet Alpe Huez, pépins physiques, etc…) on peut dire que l’on parle de rebond. Ce dernier certes commencé lors de l’inscription à l’IronMan de Nice dès aout, histoire de se motiver un peu.

    Sinon très peu de courses mais des emblématiques :

    • ·         10km de Saint Grégoire (on montre le maillot)
    • ·         IronMan Nice (on affronte le mythe)
    • ·         Relais La Baule version Capgemini (on montre le badge)
    • ·         Découverte La Baule (on compte : 13 ans après…ça file)

    Janvier/Février : le lancement de l’année

    Il faut reconnaître une chose, ayant terminé 2017 sur une Challenge « 10/10/100 », et bien je partais léger (85kg) et sur une belle dynamique sportive (12h/semaine entre novembre et décembre).  Avec Nice en ligne de mire fin juin, 6 mois ne seraient pas de trop. J’espérais de manière un poil trop optimiste descendre à 80 via un deuxième Challenge plus soft qui sera finalement un fiasco.

    Mars / Avril / Mai : la préparation Nice

    Ce trimestre commencera par le stage Saint Grégoire à Dinard, une bien belle expérience qui sera mon pic annuel avec 22h25 au compteur cette semaine. Avec une moyenne de 16h/s sur 3 mois, le volume est là et bien réparti en plus. Certes une semaine de vacances à Minorque fera un peu baisser le rythme mais il faut bien prendre un peu d’UV. En revanche coté régime, ce n’est vraiment pas cela, mais bon, il faut de l’énergie pour pédaler. Résultat : le poids reste stable autour de 84/85kg, ce sera autant de surcharge pour Nice et ma découverte de la montagne.

    Juin : on y est

    Au-delà des 3/4 jours « pour faire du jus » comme disent les anciens, je ne vais pas mollir le rythme. A défaut de course de préparation, ce sera un Half en mode « Sauvage » (HIIT puis vélo alone puis course solitaire). Quand je pense qu’avant 2012, je pensais que c’était inatteignable. Bon, j’étais bien rincé et le rythme n’était pas vraiment là mais la case a été cochée comme on dit. Les quelques montées de St Germain et de la cote des gardes vont-elles suffire ?

    La course à Nice fut un moment extraordinaire, vous trouverez le détail ici :

    http://erwan-triathlon.blogg.org/recit-ironman-nice-2018-p1374728

    Juillet Aout : vacances, récupération active et...paquets de gâteaux

    Et oui, la menace de tout laisser en plan est forte après une telle course. Il y a certes eu une semaine « récupération », principalement due à de nombreuses courbatures. Mais Le rythme est resté, en revanche la loose complète dans l’assiette. Plus d’objectifs en vue = relâchement total ! Résultat : +4kg en deux mois…. Et ce n’était pas fini.

    Septembre Octobre : la descente s’accélère

    Mis à part un début un peu sérieux car je voulais assurer à La Baule (relais Capgemini et Découverte), ce fut la merde totale. Baisse de motivation et de moral avec en plus une blessure à la con à la suite d’une chute sur le Découverte de La Baule qui va quasi m’empêcher de courir. On va considérer que ce fut ma « coupure ». Mais le spectre de la désastreuse reprise de poids était bien là, + 6kg soit 96kg. Il fallait réagir.

    Novembre / Décembre : la rédemption

    Mi-novembre, une fois la blessure à la jambe résorbée je prends le taureau par le guidon en bannissant le sucre (ok, ok cela va durer une semaine mais c’est déjà cela non ?) et en reprenant l’activité sérieusement avec la réalisation d’un « Challenge 30 » sur un appli Iphone (on trouve la motivation où on peut ma bonne dame). Cela donnera une belle remontée avec un mois de décembre quasi à 2h/jour.

    Bilan général année 2018

     

    Courbes annuelles : 2018 en orange / 2017 en bleu / 2014-18 en vert / 2002 - 2018 en bleu doublé

     

     

    Bilan général année 2018

     

    11 mois sur 12 en vert, c'est régulier

    Bilan général année 2018

     

    1er semestre : la prépa Nice. 25/26 bulles vertes en course, c'est régulier.

    Bilan général année 2018

     

    2ème semestre : le relâchement est là ;-)

    Bilan général année 2018


    votre commentaire
  • Un 4eme trimestre clairement séparé en deux phases.

    La 1ere en octobre  et début novembre où la baisse de motivation couplée à une blessure à la con m’empêchant de courir fut un véritable désastre. Prise de poids et rythme en chute libre…bof.

     

    Une fois la jambe soignée, c’est la prise de conscience mi novembre avec l’inscription pour le ToursMan 2019 et la remise sur les rails. Je reperds les 5kgs et me fais un mois de décembre d’anthologie flirtant avec les 2h/jour.

    Entrainement S40 à S52

    Entrainement S40 à S52

    Entrainement S40 à S52

     


    votre commentaire
  • (en construction)

    Ah la fameuse coupure bien méritée avec une fin de saison triathlon aux environs du début octobre. Ceci afin de bien recharger les batteries pour reprendre de plus belle en janvier.

    Mais pour moi c'est la période de tous les dangers. Enfin pour moi....et ma balance :-(


    votre commentaire
  • Après :

    • Le vélo Peugeot 1974 de mon grand père en 2005 (1er Triathlon ! :-) )
    • Le De Prisa Alu de 2006 à 2008 (Découverte d'un vélo route moderne)
    • Le Giant TCR carbone 2007 de 2008 à 2013 (le plaisir du carbone)
    • Le Giant TCR Advanced SL 2011 de 2013 à 2018 (ah, ok, un vélo de pro ça dépote)

    Et même si mon fidèle Rabobank m'a accompagné sur les 4 IronMans, c'était le moment de changer et passer également au 11V. Je lorgnais depuis 2/3 ans sur le Giant Propel. C'est un modèle Aéro de Giant (freins et cables intégrés, look bien agressif tout en restant classique et bien noté pour mon "style" puncheur/baroudeur ;-) )

    Un peu comme en 2013, c'est une inspiration qui me fera traîner sur Troc-Vélo et le bon coin. Et là je tombe sur un Giant Propel Advanced pro de 2015, pile ma taille (ML) et en plus sur Rennes. Le prix est OK (1800E avec 2 paires de roues et un home trainer). Il a l'air nickel.... je commence à craquer

    Nouveau vélo : Propel Advanced Pro 2 2015

    Ni une ni deux je mets mon Giant en vente un peu partout(club, troc vélo, leboncoin..). Passant  au 11V, je ne peux rien garder et vends donc  le pack complet avec roues d’entraînements et Cosmic carbone "course" + Home trainer (double emploi).

    Nouveau vélo : Propel Advanced Pro 2 2015Je finirais par le vendre à mon prix initial de 1100E, sincèrement c'est une super affaire. Certes c'est un vélo de 2011 en 10V mais c'est un top vélo (tour de France 2011 pour le cadre).

    Un étudiant de Rennes va me l'acheter. Après avoir essayé 5mn, il sera impressionné de l'efficacité du cadre + Cosmic. Je pense réellement qu'il a fait une bonne affaire. Pour le prix d'un carbone entrée de gamme neuf il a le top + roues d’entraînements + home trainer. 

    Je vais donc "théoriquement" baisser en gamme (Advanced SL à Advanced Pro et Ultégra à 105) mais les 4 ans de plus compensent certainement une partie de la "chute". Et en plus je vais remettre mon pédalier Dura-Ace, donc ça compense un peu :-). Coté poids, il est un chouye plus lourd avant inversion des pédaliers mais c'est subtil.

    Après 2 sorties, c'est sur que le vélo est clairement orienté vitesse. Le confort est équivalent au TCRet il est peut être un peu moins "grimpette" mais c'est difficile de faire la différence vue que je ne suis pas vraiment un montagnard. En tout cas, je suis content de cet achat.

    Prochaine aventure avec ce nouveau vélo, le TOUR'sMan en juin 2019 !

     


    votre commentaire
  • Dans la foulée de L’Ironman de Nice et sans véritable objectif en vue, ce trimestre était celui de tous les dangers spécialement dans l’assiette.  Et, il faut bien le reconnaître, ce fut le cas avec une alimentation en mode…craquage mais pas trop quand même (enfin pas mal quand même surtout juillet et les vacances). 

    Coté sport, moyenne de 11,4 plutôt bien répartie même si la natation n’était pas au niveau habituel de l’été. Baisse logique du vélo en été et un mois de septembre un peu en retrait pour cause d'une chute sans gravité à La Baule.

    En résumé un trimestre relativement sportif à plus de 11h/semaine malheureusement accompagné de très nombreux excès. Le tout générant un +5/6Kg sur la balance :-( 

     

    Entrainement S27 à S39

     

    Entrainement S27 à S39

    Entrainement S27 à S39


    votre commentaire
  •  

    La Baule 2018 - Relais et Tri STri-Relais samedi 22/09/2018.

    Format : 500/18/5

    Pour la 4eme année consécutive, Capgemini a été présent en masse sur le relais de La Baule. Après être venu à 45 en 2015, 65 en 2106, 75 en 2017, ce sont plus de 90 équipes qui s'aligneront samedi matin sur le Tri-Relais entreprise.

    La Baule 2018 - Relais et Tri SC'est la plus grosse représentation "entreprise" jamais vue et, nouveauté 2018, les équipes viennent de toutes les entités France (Capgemini, Sogeti France, Sogeti HT, Capgemini Invent, Backelite et Prosodie).

    Comme chaque année la com a fait les choses bien avec dîner le vendredi soir (pas facile de trouver un resto pour 275 personnes :-) ), vraiment grande tente sur la plage, gestion des hôtels, des tenues etc... Et bien sur remise des récompenses avec buffet le samedi à 12h. Pour une fois la météo n'a pas été de notre coté mais il parait que c'est le cas toutes les 6 éditions donc on est tranquille jusqu'en 2023 ;-)

    • 90 équipes qui vont terminer sans casse
    • la dream team Cap accède à la 6ème place sur 709 finishers.

    La Baule 2018 - Relais et Tri S4ème participation également pour moi sous les couleurs "Capgemini" version com (c'est à dire 100% payée :-) ). Petit changement cette année, l'équipe a été remodelée par le départ de notre cycliste Dominique remplacé par un excellent coureur Erwan. Du coup Ronan passe à la nage et moi....au vélo. Je ne suis certes pas une bille mais au fond de moi une petite voix néfaste me faisait dire adieu à nos habituelles perfs.

    Sous un temps malgré tout correct (certes gris mais pas de tempête et à peine quelques gouttes), Ronan se lance. Il terminera 224eme et 27emeLa Baule 2018 - Relais et Tri S Cap (mais c'est serré en nat). Je file sur le remblais à fond les ballons, motivé comme pas deux car je double régulièrement des "polos bleus" de Capgemini :-) . Au final ce seront 14 collègues qui admireront mon auguste arrière train (voire même un peu plus car il n'est pas impossible que les premiers aient pris un tour au derniers). Puis nous avions notre Erwan N°2, super coureur qui continuera de nous faire progresser dans le classement général et Cap. Il "échoue" à 15sec du meilleur temps Cap et nous permet de gagner une superbe 69eme place au général et 6eme temps Cap.

    Reste à apprécier le pot d'après course dans le grand barnum Capgemini sur la plage...malheureusement sous les premières gouttes de pluie. On ne se plaindra pas, le samedi matin a été le moins pourri du WE (l'après midi les relayeurs "grand public" en ont chié grave et la finale de D1 a carrément été annulée).

    Les résultats détaillés.

    • Nageur Ronan LJ : 15mn11 / 224eme / 27eme Cap
    • Cycliste Erwan DK : 34mn09 / 166eme (gain de 74 places) / 13eme Cap (Gain de 14 places)
    • Coureur Erwan K : 17mn14 / 15eme (gain de 85 places) / 2ème Cap (gain de 7 places)
    • Total : 1h06mn35 , 69eme et 6eme Capgemini

     

    La Baule 2018 - Relais et Tri S

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Triathlon Découverte / S  dimanche 23/09/2018.
    Format : 500/20/5

    Après un samedi après midi sous la tempête (Tri-Relais grand public maintenu mais finales des clubs de D1 de triathlon annulées), je scrutais avec un peu d’appréhension la météo du dimanche matin. Je ne suis certes pas une chochote et on était loin de conditions dantesques mais un triathlon sous la pluie n’est jamais agréable (ambiance morose, affaires trempées dans le parc et surtout danger à vélo). Pour le 1er, c’est dommage mais pas dramatique, le 2ème j’avais prévu le sac poubelle 100L et quand au 3ème…. On verra que ce n’est pas gagné.

    Au réveil la météo est certes menaçante mais OK, je quitte l’hotel sous quelques gouttes mais absolument rien de dramatique.

    Ce sont 1200 triathlètes plus ou moins amateurs qui vont se lancer à l’assaut du célèbre découverte. Les 25 « Capgemini » sont rassemblés près de la sortie du parc. Quelques novices et des aguerris comme pépère, on discute un peu tout en se changeant en otarie. Je fourre toute mes affaires dans mon sac poubelle 100L et cette fois ci je n’ai pas oublié mon singlet donc pas d’enfilage de haut vélo sur la peau mouillé.

    Natation :

    La Baule 2018 - Relais et Tri SMême si je suis tout de même un peu habitué en particulier après Nice et ses 3000 bonnets, c’est assez impressionnant de voire les 1200 « têtes » roses se presser pour descendre sur le sable. Je rejoins assez vote le départ et, chose étonnante, la partie extérieure souvent prisée est plutôt tranquille. Je me retrouve donc les deux pieds sur la ligne quand résonne le « bang » libérateur.

    Les 500m de nage passent vraiment facilement, certes quelques contacts mais sans difficulté.

    Transition

    Toujours pas de temps transition, en plus avec un parc de 400m de long, il faudrait qu’ils évoluent à La Baule. Rien de plus à dire si ce n’est qu’il y a du monde.

    Résultats natation + transition : 15mn21 216eme

    Vélo :

    C’est parti pour l’habituelle boucle de 20km que je commence à connaitre, ce sera en effet la 14ème fois que je la parcoure. Motivé par les résultats du relais je décide de partir à fond les ballons, on verra bien ce que cela donnera. 1ere partie tout en remontée de cyclistes. Je décide de me mettre en mode « le drafting est utile mais je suis trop généreux pour rester dans les roues ». Sans vraiment se coordonner on se donne des coups de mains (ok, ok c’est moi qui bosse le plus….selon moi ).

    La Baule 2018 - Relais et Tri SRetour sur le remblai, il reste 3km, on est 5 et en plus le vent est de face. Là je me dis qu’il faudrait être con pour ne pas coopérer. 2/3 relais plus tard on approche du rond point de Lajarrige. Je pique une point de vitesse pour prendre la tête et arrive à fond les ballons…mal m’en a pris. Vitesse élevée, sol mouillé, léger virage et certainement un coup de frein de ma part, je pars en glissade totale. Coup de bol, je ne fais chuter personne. Sincèrement cela a du se jouer à 10cm. Pas vraiment sonné mais angoissé de m’être fait mal ainsi qu’à mon bike, je me relève. Vélo nickel (non ? si !) et moi j’ai juste des éraflures à la cuisse droite et cuissard troué mais sinon ça va. Il reste 1,5km, on ne se pose pas trop de questions et c’est reparti. Retour au parc couru pieds nus of course.

    Résultats vélo + transition : 40mn29  219eme temps scratch et gain de 23 places (non ? si !)

    Course

    La Baule 2018 - Relais et Tri S5km, c’est un mini jogging alors je pars comme une balle, rien à regretter. Je vais même sauter les ravits, une machine de guerre je vous dis. Je croise les 1ers (logique) et quelques Saint Greg.

    Résultats course : 22mn29sec 310ème et perte de 11 places (et oui, il ne sert à rien de se le cacher... je suis un coureur merdique. En même temps à force de dire que le fractionné c'est des math et non du sport...:-) )

    Résultat global : 1h18mn18sec 205ème

     

     

    La Baule 2018 - Relais et Tri SPour rappel, mon meilleur temps était en 2016 en 1h16 (255eme). Même temps course à 1sec de plus même temps natation à 1sec de moins… c’est fou que cela soit aussi proche d’ailleurs. L’écart de 2mn est donc 100% vélo. Logique vu les conditions de vent et de pluie….sans parler de ma chute.

    Au regard des classements (passage de 255 à 205) et du temps quasi identique sous des conditions bien plus dures, je pense avoir progressé. Au classement des 25 Cap, je suis 5ème je crois.

    Ce sera toujours une course qui malgré son intérêt très relatif (enfin le plus sympa c’est la foule) reste super cool. Après tout ce fut celle de mon bizuthage en 2005.

    La vidéo de l'arrivée : 

    http://www.racetecresults.com/MyResults.aspx?CId=68&RId=460&EId=6&AId=624885&YT=1

     

     


    votre commentaire
  • Le deuxième trimestre sera celui de la préparation finale de l'IronMan de Nice. D’où un volume bien haut de 15h/semaine en moyenne. Globalement c'est bien équilibré mis à part une semaine un peu light à Minorque (7h tout de même :-)) Et bien sur une semaine basse après Nice (5h45 de récupération active, pas mal)

    Conséquence : 86% de pastilles vertes sur la période, belle perf. Dont 7 semaines 100% vert !! Et à une pastille près, le mois d'avril aurait été full objectif. J'aurais du aller à la piscine 1h de plus :-) car cela ne m'est jamais arrivé. Un mois avec 17,4h/sem et 96% de pastilles vertes, cela se fête.

    Entrainement 2018 : S14 à S26

    Mais si on regarde le poids et les régime, c'est le drame : +2kg avec 70h de sport !!! Comme quoi les kilos se perdent dans l'assiette et non dans la salle de sport. "Courir plus pour manger plus !" ok, "courir plus pour perdre plus !" ne marche pas.

    Pour le trimestre coté régime c'est carrément la catastrophe. Après ma perte de novembre décembre et la stabilisation du 1er trimestre j'avais pour objectif de descendre de 84 à 80 pour m'alléger afin de faciliter la montées des cols.

    Raté ! Mes jours en "NOK" sont excessivement nombreux à 5J/semaine. Résultat : 0Kg en moins ! Va falloir être sérieux en juillet après la prévisible baisse du volume post IronMan.

    Entrainement 2018 : S14 à S26

    Entrainement 2018 : S14 à S26

    Entrainement 2018 : S14 à S26


    votre commentaire
  •  

    Nouvelle montre Fitbit Ionic AdidasAprès presque 3 ans d'utilisation de la Fitbit Surge je commençais à percevoir ses limites :

    • Non étanche
    • Affichage basique
    • Coté "smartwatch " limité.

    Pour rappel, la Fitbit Surge fait partie des montres connectées "sportives". Dans les faits c'est plutôt un tracker d'activité sur laquelle on greffe une montre avec GPS + capteur cardio + de l'interactivité mais celle ci est très limitée avec un Iphone (à cause des restrictions Apple). On est très loin des possibilités sportives des spécialistes comme Garmin ou bien sur l'Apple Watch et ses applis.
    Mais l'avantage c'est que c'est très simple ! Un bouton pour lancer l'activité, un autre pour stopper, on ne se prend pas la tête.

    Nouvelle montre Fitbit Ionic AdidasAyant déjà remplacé l'utilisation vélo par un compteur GPS Bryton Rider 10 certes basique mais lisible, me convenant bien et surtout pas cher, je me posais la question de glisser vers le luxe en lorgnant les Apple Watch de la génération précédente éventuellement bradées.

    Le destin va me donner un coup de pouce avec la perte de la fonction Bluetooth de ma Surge. Techniquement inutile pour le fonctionnement de la montre...sauf pour synchroniser les datas avec son compte Fitbit, Strava, Runkeeper... enfin le but ultime d'une montre sportive connectée en fait. Après 1h passée au téléphone avec le support Fitbit : rien à faire. Elle n'est plus sous garantie alors Fitbit me propose 30% de remise sur sa remplaçante, la Ionic. Victime d'une technique marketing bien rodée, je craque et je vais même prendre la version "collector" Adidas (oui enfin faut pas pousser non plus, elle a pas les 3 bandes).

    Nouvelle montre Fitbit Ionic AdidasAprès environ 1 mois d'usage voici mon ressenti.

    Aspect général (la montre en tant que ....montre):

    • Design épuré et sobre
    • Très légère et agréable à porter, on la sent à peine contrairement à certaines montres sport qui sont énormes
    • L'écran s'éteint automatiquement et s'allume via un mouvement de poignet (pas dans 100% des cas, c'est un coup à prendre)

    L'historique Fitbit : tracker d'activité

    Rien à dire, c'est leur métierble

    • Affichage possible des compteurs sur certaines horloges proposées

    Les fonctions "Sport"

    • Différentes fonctions sont proposées dont des mini séances muscu et un timer hiit mais plus que basique et discret (un peu dommage : c'est la même vibration pour lancer l'exercice et l'arrêter et pas de son).
    • La Ionic propose un comptage des longueurs en piscine avec possibilité de renseigner la taille exact de la piscine. Cela marche assez bien même si un 1/2 tour vous ajouter un tour alors qu'une longueur "battements de jambes" pourtant bien usante ne compte...rien :-)
    • Pas de mode natation eau libre via le GPS, c'est dommage il faudra utiliser le mode running puis modifier le type de sport (mais cela marche trés trés mal et dans la plupart des cas la montre va calculer votre distance à l'aide du nombre de ...pas).
    • En mode running c'est suffisant pour une utilisation.....simple. Ceux qui cherchent un coach électronique peuvent aller chercher ailleurs.
    • Il est fort possible que des amateurs de fractionné, de travail au seuil, à la PMA etc... trouveront la montre bien limitée. Cela viendra peut être avec des APPS dédiées.
    • Le mode vélo est proche de celui de la course mais là je conseille plutôt de se prendre un compteur GPS pur vélo.
    • Il y a certes quelques mini vidéos d'exercice mais c'est un peu gadget et pas vraiment pratique de les avoir sur sa montre. C'est le genre de fonctions qui trouvent parfaitement leurs places sur l'écran de votre smartphone.

    Les fonctions "SmartWatch"

    • Pas grand chose à se mettre sous la dent et c'est absolument incomparable avec les classiques Apple ou Samsung
    • Réception des SMS et signal d'appel certes mais pas de synchro simple mail et calendrier de qualité.
    • On peut à priori mettre de la musique ou des podcasts à condition d'utiliser des écouteurs bluetooth. Totalement inutile si vous disposez de votre smartphone, pourquoi pas en mode "sans".
    • Derniere fonction :le paiement en mode "sans contact". J'avoue être tenté mais pour l'instant ma banque ne le propose pas.

    La vie au jour le jour

    • L'autonomie est importante, facile 7/8h en mode GPS et plusieurs jours si peu d'utilisation sport (mais avec le cardio activé)
    • Le cable de recharge est propriétaire. Sachant que l'équipement est étanche, il est assez logique de ne pas être en mini ou micro usb. Ce serait néanmoins fort appréciable que les fabricants essaient d'harmoniser leurs systèmes de recharge.
    • Sinon, son look est passe partout malgré son bracelet "sport", sachant que je peux en changer.

     Bilan

    • Partant de pas très haut en terme de montre sportive connectée, je ne pouvais pas être déçu.
    • Après coup je me dis que j'aurais du mettre 100E de plus pour une Apple Watch (la prochaine étape ? ;-) )
    • Je ne peux donc pas vraiment la recommander à cause de son prix relativement élevé de 270E. Il faut avant tout bien cibler votre besoin :
      • Faire du sport : allez plutôt choisir une Garmin Forerunner
      • Un tracker : cela commence à 35E chez fitbit (mais pour cela on a seulement les pas/étages)
      • Montre connectée : Apple ou Samsung

    votre commentaire