• (En construction)

    Les caractéristiques de l'épreuve :
    Format : Découverte long 500m/20km/5km
    Nombre d'inscrits : 1200
    Nombre d'arrivés :xxx
    Temps du 1er : xxx
    Temps de référence EVAL-TRI (1er 10%) : xxx

    Avant l'épreuve:
    (en construction)

    Natation :
    (en construction)

    Transition N°1
    (en construction)
    Résultat de la natation + transition 1: 15mn29 et sortie en 153ème position (4ème Cap) 

    Vélo :
    (en construction)

    Transition N°2
    (en construction).
    Résultat du vélo + transition 2: 42mn31 et sortie en 290ème position (9ème Cap) (scratch vélo : 454 et 18ème Cap)

    Course :
    (En construction)
    Résultat de la course: 24mn16 et sortie en 364ème position (1éème Cap) (scratch course : 537 et 30eme Cap)

    Bilan :
    (en construction)

    Comparaison des résultats : xxx


    votre commentaire
  • (en construction)

    Les caractéristiques de l'épreuve : Format Découvert 250/16/2,5
    Nombre d'inscrits :
    Nombre d'arrivés :
    Temps du 1er :
    Temps de référence EVAL-TRI (1er 10%) : xxx
    Site de l'organisateur : www.bettontriathlon.com

    Avant l'épreuve:
    Même contexte qu'en 2010, cette épreuve sera en fait un échauffement pour La Baule. De plus le départ à 11h permet de ne pas trop bousculer le Week-End.
    Pas hyper sur de pouvoir me libérer, je comptais prendreun dossard sur place. Aie, quelle erreur ! Arrivé avec 20mn d'avance, la gentille mamy des dosards m'indique que ce n'est plus possible, non pas en raison des places (on sera une centaine) mais surtout que la préparation des puces et des emplacements a été figée la veille (normal en même temps, j'aurais du y penser en tant qu'organisateur).
    Ce n'est pas grace, let's go pour le surbooking ! Sur les 100, il y e na bien 4/5 qui ne vont pas pointer leur nez. Le grand manitou des inscriptions restera dubitatif et n'acceptera de me filer un dossard que 15mn avant le départ.. ouf !

    Heureusement, la douceur du climat et surtout la faible distance de la natation m'ont fait laisser la combi au clou. Du coup, en 3mn ,je suis presque prêt !

    Comme les années précédentes, les recalés du sprint de l'après midi sont là en masse, c'est donc un parc plus qu'hétéroclite que je traverse (le VTT cotoie le Cervélo dernier cri, et on retrouve également un grand écart physique où les tablettes de chocolat croisent les pots de nutella comme le mien ;-))

    Natation :
    Départ pour 250m donc ultra rapide. En fait une mini boucle dans l'étang de Betton (mmmh cette délicieuse sensation quand la vase se fauflie entre vos orteils..). Je confirme que la forme n'est effectivement pas là en voyant les otaries me doubler allégrement.

    Transition N°1
     (à compléter) 
    Résultat de la natation : 4mn47sec 20ème de la natation
    Transition 1: 2mn21sec 38ème de la transition 

    Vélo :
    Toujours le même parcours de 2*8km tout en bosses.

    Transition N°2
    Rien à dire, c'est rapide car le parc est compact.
    Résultat du vélo + transition 2: 36mn10sec (scratch vélo : 70ème)

    Course :
    La (à compléter) 

    Résultat de la course: 14mn16sec (scratch course : 71ème)

    Résultat global : xxx

    Bilan : une petite (à compléter) 

    Un bonne répétition avant La Baule (c'était le but en même temps) dont l'horaire et la proximité ne foutait pas le week-end en l'air.

    Comparaison des résultats: difficile de comparer les temps sur ces épreuves qui ont quasiment toutes un format spécifique (à Cesson en 2006 c'était 300/14/3 puis 300/10/3 en 2009, à Betton c'est 250/16/2,5...)


    votre commentaire
  • Les caractéristiques de l'épreuve :
    Nombre d'inscrits : 3200
    Nombre d'arrivés : 2400
    Temps du 1er : 1h54
    Temps de référence EVAL-TRI (1er 10%) : 2h13mn46sec

    Avant l'épreuve:

    Ahhh courir un triathlon dans la capitale. On ne peut pas dire que c’est un rêve de gosse mais cela me ramènerai aux sources de ma première course « officielle ». C’était les 20km de Paris en 1992 (putain…20ans ! ;-)). Joggeur régulier je n’avais encore jamais couru avec un dossard, ni d’ailleurs couru 20km. Pour une première, autant ne pas choisir une course à saucisson ou 150 runners en short et débardeur, bandeau anti transpirant et jambes de gazelles partent se confronter à 15km/h en laissant loin dans la poussière les bizuths comme moi. Non, là j’ai frappé fort : 20km, 20 000 participants (1 par mètre en fait). Une anecdote : à mi course, dans une des grandes allées du bois de Boulogne, voyant une foule immense devant moi, je désespérait d’être dans les derniers…. Avant de me rendre compte qu’il y en avait autant voire plus derrière !

    Mais revenons à nos moutons parisiens (c'est-à-dire des moutons très stylés qui adorent s’entasser dans une espèce de gros car souterrain). L’épreuve parisienne a fait les beaux jours d’une époque ou le triathlon se courrait en slip et débardeur fluo puis à disparu pour d’obscures raisons. Revenue en 2008 « presque » dans la capitale à Longchamps, elle s’y ai fait les dents avant de revenir au cœur de la ville en 2010. J’imagine en effet qu’il ne doit pas être simple de bloquer de nombreuses rues pour le plaisir d’un millier de passionnés. Sans parler de la Seine et son trafic de bateaux mouches absolument inarrétable sauf pour le jubilé de la Reine mais cela arrive peu en république. Conséquence : des départs plus que matinaux. En 2010 ils ont fait partir les D1 à 6h30 du matin ! On se plaint que le triathlon ai du mal à attirer les foules….. et bien là, à part les fêtards et les éboueurs, je ne vois pas….

    Mais peu importe, l’occasion était trop belle de rendre la politesse aux Parisiens si souvent Baulois en septembre.

    Au programme de 2011 :  3000 participants répartis en 2 vagues partant du pont Alexandre III à 8h et 8h30. Trois fois La Baule en quelque sorte !

    Un chouya de com plus tard et nous serons finalement une quinzaine de Capgemini a réussir le pari de Chirac : se baigner dans la Seine.

    Préparation :

    L’épreuve avait lieu mi juillet et ma préparation a été…nulle. Sans doute confiant suite à 5 CD réussis, je ne me suis pas trop posé de questions et n’ai quasiment pas fait de sport. JE redoutais tout de même de me retrouver dans les derniers mais, remember 1992, un triathlon de 3000 inscrits a forcément son bon gros lot de brêles…sauvé.

     

    La veille

    1er triathlon en transport en commun pour moi. Je vais en effet choisir le TGV pour rejoindre Paris. Pas de vélo dans le TGV, je vais donc le démonter pour le ranger dans une grosse housse pour ensuite le remonter sur le quai de la gare Montparnasse avant de laisser la housse à la consigne. Sac sur le dos je rejoins Maël qui m’offre le gîte (il a la chance d’habiter à 500m du parc à vélo). Dans la foulée nous allons déposer nos vélos dans l’immense parc qui s’étale le long du champ de mars. Nombre de participants oblige, il est organisé en mode quasi IronMan avec dépôt du vélo la veille et une logique de sac de consigne assez pratique. Le parc vélo est effectivement impressionnant et les 3000 vélos s’étendent sur 800m. Cela promet de belles discussions d’après course : « OK tu m’as mis 5mn..mais… j’étais tout au fond donc désavantagé…. ». Le parc est très très hétéroclite, on y trouve des bêtes de course (le cycliste aime son vélo ;-)), mais aussi des vieux clous, des VTT, quelques fixies et il parait que certains l’on fait en Vélib, mais je crois qu’ils étaient à part. Suivra ensuite une recherche effrénée d’une petite sacoche « porte ravitaillement » pour sur le cadre de Maël. On a fait plusieurs magasins sans succès avant de s’apercevoir que ce type de produits était vendu …dans le village exposants de l’épreuve.

     

    Soirée très sympathique chez Laurent avec Taha et Maël. En diététicien amateur (mmmh) j’avais suggéré à notre hôte (la femme de Laurent) de nous faire des coquillettes jambon. Le jambon a été vite transformé en poulet pour raison religieuse (Laurent est juif et Taha musulman :-)) . En cuisinière émérite elle était désolée de nous recevoir si chichement mais le sport avant tout ! C’est d’ailleurs lors de ce dîner qu’est née l’idée du Half Ironman que nous courerons tous à Mansigné l’année suivante.

    Réveil matinal le dimanche avant d’aller déposer nos dernières affaires dans le parc avant de rejoindre à pied le départ situé à 2km environ.

    La rentrée dans le parc

    Les organisateurs nous avaient confié un sac numéroté pour y glisser toutes nos affaires « hors course » (pratique pour la sécurité et la propreté du parc). La rentrée dans le parc se fait vite malgré l’affluence et le troupeau d’otaries commence sa longue transhumance de la tour Eiffel au pont Alexandra III. Heureusement nous sommes dans la 2eme vague ce qui nous laisse un peu de mou. Mais mettre 3000 sportifs dissipés dans la Seine, cela prend du temps. Les organisateurs ayant renoncé pour d’obscures raisons à nous faire tous sauter directement du pont, ils se sont rabattus sur une espèce de ponton en mousse qui se charge des fameuses otaries. Avec Maël on arrive pile poil pour le départ de la vague 1 que l’on admire depuis le plus beau pont de Paris. C’est vraiment sympa car malgré l’heure matinale, les rambardes sont couvertes de supporters. Il est vrai que ce n’est pas courant de voire une telle meute nager sous les arcades. L’eau est plutôt propre, certes un peu marron mais sans reflets inquiétants ni poissons agonisants.

     

    Natation :

    Accrochés aux kayaks comme des moules de bouchot ou nageant sur place (heureusement ce n’est pas la Colorado River), nous attendons le coup de feu libérateur dans une joyeuse pagaille. Il arrivera d’ailleurs alors qu’un bon paquet de concurrents sont encore sur le ponton mais, que voulez vous, l’heure c’est l’heure et les bateaux mouches chargés de touristes japonais tout frais débarqués du Mont St Michel trépignent de reprendre le contrôle de « leur » Seine.

    La natation dans la Seine est vraiment impressionnante, il est rare de voir Paris sous cet angle. Certes les dessous des ponts n’ont guère d’intérêt (quoique pour les fans d’Eiffel, c’est fondamental), mais on voit Paris différemment. Je recommande donc ce triathlon rien que pour cette expérience.

    Mis à part quelques péniches qui ont eu la bonne idée de démarrer leur moteur bien noirci de gas-oil et d'huile à notre passage, la natation c’est bien passée au fil des 5 ponts. Sortie de l’eau juste après le pont de la tour Eiffel. Montée des marches sous les hourras des poms poms girls et il ne reste plus qu’à filer le long du champ de mars pour récupérer ma monture. 

    Transition N°1
    Coup de chance nous sommes au début du parc N° 2 soit environ au milieu. Dans l’excitation je mets bien mon casque mais oublie totalement de mettre mes chaussettes (les chaussures sont clipsées)…50m plus loin éclair de génie en sentant les chtis cailloux sous mes plantes de pied (aie, aie, aie…). Il ne reste plus qu’à poser le vélo et remonter le courant pour aller chercher les précieuses chaussettes.

     

    Résultat de la natation + transition 1: 43mn13sec  1839eme

    Vélo :

    A Paris les 40km de vélo sont en une seule boucle (en même temps compte tenu des deux départs, un parcours en boucle n’est pas réalisable en toute sécurité). Mais comment faire une seule boucle de 40km (en réalité 38) ? Et bien en réalisant une espèce d’étoile dans le bois de Boulogne avec moult A/R au bout de chaque pointe.

    Dés le départ je me sens plutôt bien et ça roule vite (enfin pour moi). Je ne sais pas si c’est du à ma corpulence oui à mes roues aéro mais voila ti pas que je me retrouve avec 5/6 suiveurs. Pour la première fois de ma vie, je vais mener un peloton ! Je n’ai absolument rien contre les drafteurs (autorisé à Paris) et en plus je déteste prendre la roue car je trouve cela dangereux. Résultat je vais mener mon petit groupe pendant presque 25km avant que ces ingrats ne s’accrochent à un groupe plus performant qui nous dépassait. Le tout avec une moyenne flirtant avec les 30km/h. Motivation ? Parcours roulant ? RedBull du matin ? Sans doute les trois !

    Retour en vélo le long de la Seine à fond les ballons (certains on du essayer de faire flasher le radar prés de Boulogne ;-)) pour rentrer dans le parc, enfin pour faire son footing vu sa taille.

    Transition N°2
    Rien de spécial à présenter si ce n'est une nouvelle longue ballade avec pas mal de vélos déja arrivés mais, heureusement pour moi, encore de nombreux emplacements vides.

    Résultat du vélo + transition 2: 1h16mn02sec   1782eme temps vélo

    Résultat natation + vélo : 1h59mn15sec  1818eme et 21 places de gagnées (c'est la première fois que cela m'arrive, on voit bien qu'il y a pas mal de touristes)

    Course :

    Elle est constituée de 3 boucles autour du Trocadéro avec l’arrivée sur le pont. Nous allons du coup passer 3 fois derrière le musée de la marine au milieu des touristes japonais interloqués et sous les grommellements des vendeurs à la sauvette pour lesquels nous représentons une clientèle certes en nombre mais au taux de transformation ridicule (ohhh mais quelle jolie Tour Eiffel lumineuse en plastique doré, il faut ab-so-lu-ment que je revienne en acheter 10). Chaque tour permet de se ravitailler et surtout de récupérer le précieux collier ! C’est lors de la course que je vais vraiment ressentir le manque d’entraînement avec une petite marche discrète dans la montée du troca.

    Finish line à la hauteur de l’évènement : big tapis rouge, bonne sono et médaille souvenir. Je ne sais pas si j’ai conservé dans une boiter à chaussures au fond du garage celle des 20km de Paris 19ans plus tôt. Je vais essayer de conserver celle là pour une séquence émotion lors d’un vide grenier en 2045 ;-).

    Résultat de la course: 54mn56sec  1996eme de la course et chutede 80 places

    Résultat global de la course : 2h54mn et 1898eme sur 2400 arrivants environ

    Bilan :

    Bilan général : une belle épreuve à faire une fois mais pas forcément plus. Le point différenciateur : natation dans la Seine ! Sinon, le vélo n’a guère d’intérêt si ce n’est le retour à fond le long des quais. Et enfin la course, tout le monde peut le faire mais il est vrai que courir avec la tour Eiffel en point de mire, c’est sympa pour le provincial que je suis ;-)

    Quelques uns du groupe Cap (De G à D) : Jean-Pierre, Mael, Moi, Pierre-Antoine, Delphine, Cyril

     

     


    votre commentaire
  • Le pack "4 Tris sinon rien"              

    Après le pack Relais/Découverte/CD de La Baule 2009 (sur 2 jours), je me suis lancé dans une petit défi sur le Tri-Cesson 2010.

    Il consistait initialement à réaliser toutes les épreuves de la journée soit : Relais / Sprint Open / Découverte / Duathlon / Du-Relais / Sprint International.

    Bon, c'est vrai que pour les 2 relais, ce n'est pas vraiment une épreuve en plus car elles sont courues en même temps que le sprint Open et le Duathlon. Au final, faute d'équipe, pas de Relais.

    Si j'avais tenu le pari, cela aurait fait dans la journée la bagatelle de :

    • 1550 m de natation (500 + 300 + 750)
    • 70 km de vélo (20 + 10 + 20 + 20)
    • 21 km de course à pied (5 + 3 + 3 + 5 + 5)

    Soit l'équivalent d'un MD ou un peu moins qu'un Half IM.

    Mais la préparation plus que ridicule, le niveau très élevé du Duathlon et le peu de temps entre les épreuves m'a fait changer mon fusil d'épaule en m'inscrivant finalement en Du-relais avec mon beau  frère sur le Duathlon (il court, je pédale). Pas de changement pour la natation ni le vélo mais je passe à 13km de course à pied.

    Le principal problème de timing était le peu de temps disponible entre la fin du Sprint Open (11h20 environ) et le début du Découverte (11h45). Mais compte tenu de l'organisation "familiale" de Cesson et du nombre relativement restreint de participants au Découverte (80), tout c'est très bien passé.

    J'avais tout de même les jambes un peu lourdes à la fin de la journée surtout que la pluie s'est invitée à la fête en nous arrosant régulièrement pendant les épreuves. Du coup mes temps sur la dernière épreuve sont carrément déplorables et comme c'était celle des "bons", je me retrouve pour la première fois bon dernier mais le pari est gagné.

    Bilan chiffré :

      Natation / Course Vélo Course Total
    Distance Temps Distance Temps Distance Temps Temps Classement Classés
    Sprint Open 500 00:12:06 20 00:41:26 5 00:27:53 01:21:23 108 145
    Découverte 300 00:06:38 10 00:21:42 3 00:19:03 00:47:22 62 83
    Du-relais   20 00:43:15   00:43:15 61 62
    Sprint Int 750 00:17:36 20 00:46:38 5 00:31:04 01:35:18 238 238
    Total 1550 00:36:20 70 02:33:01 13 01:18:00 04:27:18 469 528

     

    Les récits des épreuves :

  • Triathlon Sprint Open : cliquer ici
  • Triathlon Découverte : cliquer ici
  • Du-Relais : cliquer ici
  • Triathlon Sprint Internationnal : cliquer ici

votre commentaire
  • Triathlon Sprint International Cesson 2010

    Triathlon Sprint international de Cesson              

    Format : Triathlon Sprint 750/20/5
    Date : 02 mai 2010

    • Nombre d'inscrits : 268
    • Nombre d'arrivés : 238
    • Temps du 1er : Laurent Suppi en 57mn08sec
    • Temps de référence EVAL-TRI (1er 10%) :1h02mn
    • Site de l'organisateur : www.triathlon-cesson.fr
    • Photos : cliquer ici
    • Résultats : cliquer ici

    Avant l'épreuve:
    Cette épreuve est la 4ème et dernière du pack "4 triathlons sinon rien" de la journée Cessonnaise.
    C'est donc un peut faiblard que j'aborde cette dernière compétition qui est, en plus, celle la plus relevée (bon, je ne m'attendais pas non plus à la remporter même avec une fraicheur maximum). J'ai dans les pattes depuis le matin 800m de natation, 50km de vélo et 8km de course (je sais, certains font cela tous les jours sans pépins... mais pas moi... et pis c'est tout comme dirait le white Mr T passé à l'électrécité privée)

    Natation :
    Les 750 de natation à Cesson, c'est toujours un peu particulier vu que j'ai l'impression de faire le même parcours que lors dus Sprint Open matinal qui en faisait théoriquement.... 500m. Bon... admettons. On part à 268 dans un espace grand comme une table de ping pong (allez, avec la zone de jeu). Autant dire que c'est intime. L'eau n'a pas vraiment chauffé depuis ce matin, c'est frais mais largement acceptable. Bon soyons clair, je vais carrément laisser filer le banc d'otaries et nager plus que pépère. Ce n'est pas tactique, c'est juste que je n'ai plus rien dans les bras. Après un grand carré dans la mare aux grenouilles Cessonnaises, c'est enfin la sortie de l'otarie au bonnet de requin.

    Transition N°1
    Pour une fois pas trop de probleme pour retrouver mon vélo car il doit en rester max une cinquantaine. Généralement je suis quand même entre le 1er tiers et la moitié mais là... ce n'est pas la gloire. Je me ferais moins doubler dans la partie vélo, c'est déja ça ;-)
    Résultat de la natation : 17mn36sec 223ème de la natation

    Vélo :
    Pour la 6ème et la 7ème fois de la journée, je vais me taper la boucle de 10km. Mes petites guiboles commencent à trouver le temps long. En plus, je vais me rendre compte à la fin de la journée que mes pneux étaient en léger sous-gonflage (ahhh d'accord, la voila l'explication de mes contre-performances sous-performances. C'était bien la peine de faire péter la tirelire en s'offrant des Cosmic Carbone.... je te jure).

    Je crois que je vais réussir à ne pas me faire prendre un tour par les premiers mais ce sera juste et même trés juste. Le parcours de Cesson permet de se positionner par rapport à ses pousuivants... il n'y en a pas beaucoup... et mon 2ème tour est vraiment une boucle de solitaire (seuuuuul mais pas solitaire comme dirait Jhonny)

    Transition N°2
    Phénomène inverse de T1 : cette fois ci, c'est ma place qui est la seule vide. Le vainqueur est déja arrivé depuis longtemps (enfin 2/3 minutes mais pour eux ça veut dire beaucoup), je pars donc bien seul sur les deux boucles de la course à pied.
    Résultat du vélo + transition 2: 46mn38sec (scratch vélo : 242ème)

    Course :
    Bon, ne passons pas par quatre chemins, je vais me faire presque la totalité de la 2ème boucle avec le "VTT Balai". Bien pépère pour finir dernier (et.. oui) de la course.

    Résultat de la course: 32mn05sec (scratch course : 235ème)

    Résultat global : 1h35mn18sec et 238ème

    Bilan : pas vraiment une course à retenir pour ce qui est de la "performance pure" mais une bonne journée achevée dans un état satisfaisant malgré le manque total de préparation.

    Tout de même... 15mn de plus qu'en 2009 sur le même parcours ou le matin avec juste 200m de natation en plus.... pas trés glorieux mais j'ai oublié de vous dire que la pluie (intermitentes comme ils disent dans le poste) c'était invitée à la fête.

    Comparaison des résultats sur EVAL-TRI: pas étonnant de se trouver en queue de peloton....

    Année Ville Type course Classés Temps Classement Points bruts Points ajustés
    2007 Cesson Triathlon Sprint 263 1h 28mn 250 749 674
    2008 Cesson Triathlon Sprint 232 1h 26mn 199 745 670
    2008 Val St Père Triathlon Sprint 118 1h 23mn 87 779 701
    2009 Cesson Triathlon Sprint 348 1h 23mn 319 739 665
    2009 Les Sables d'Olonnes Triathlon Sprint 145 1h 50mn 136 701 631
    2010 Cesson Triathlon Sprint 145 1h 21mn 108 804 724
    2010 Cesson Triathlon Sprint 238 1h 36mn 238 644 580

    Le pack "4 Tri sinon rien"              

  • Triathlon Sprint Open : cliquer ici
  • Triathlon Découverte : cliquer ici
  • Du-Relais : cliquer ici
  • Triathlon Sprint Internationnal : cliquer ici        
  • La page dédiée : cliquer ici


    votre commentaire
  • Du-Relais Cesson 2010

    Dua-Relais de Cesson              

    Format : Duathlon Relais 5/20/3
    Date : 02 mai 2010

    • Nombre d'inscrits : 3 équipes au sein de 63 duathlètes
    • Nombre d'arrivés : euh.. ben 3 (allez 62)
    • Temps du 1er : 58mn 48sec
    • Temps de référence EVAL-TRI (1er 10%) :.. pas vraiment utile
      compte tenu du nombre de participants
    • Site de l'organisateur : www.triathlon-cesson.fr
    • Photos : cliquer ici
    • Résultats : cliquer ici

    Avant l'épreuve:
    x3ème épreuve de la journée, j'avais un instant pensé la réaliser entièrement en courrant le duathlon (qui aurait d'ailleurs été mon premier duathlon). Mais mon manque d'entrainement, et la perspective de l'enchainement Duathlon/Sprint m'ont fait basculer sur un Dua-Relais. Dua-Relais Késako ? Et bien c'est tout simplement un Tri-Relais à la sauce duathlon avec trois participants ou deux (un coureur + un cycliste). Le coureur de mon "team" sera Emmanuel, mon beau frère (celui de gauche en trifonction TOCC, le gars crevé au centre est mon autre beau frère Laurent qui aura testé avec brio son premier duathlon).

    Pour l'anecdote, 1 semaine avant l'épreuve nous étions les seuls inscrits sur cette épreuve assez confidentielle qui se courrera avec le Duathlon. Je rêvais donc d'une victoire dans une épreuve officielle et j'avais déja demandé aux organisateurs si une coupette était prévue.

    Mais malheureusement deux équipes vont s'inscrire au dernier moment... on se consolera avec un podium ;-)

     

    Course N°1 :
    Dans le duathlon, le niveau de course à pied est trés élevé. Les participants viennent souvent du cross, du demi-fond ou du fond. Contrairement au tri où il y a tout de même quelques guignols (comme votre serviteur), en duathlon la grande majorité est en dessous de 45 au 10km (voire même 40).
    Emmanuel va l'apprendre pour un 5km à fond les ballons. Il est assez sportif et donne tout (il peut récupérer pendant le vélo). Il finira pourtant seulement 59ème...

    Transition N°1
    C'est la transition la plus simple que je n'ai jamais faite : on se passe la puce et, c'est tout  
    Résultat de la course 1 : 22mn02sec 59ème

    Vélo :
    2 boucles de 10km identiques à celle du matin... avec la pluie en bonus. Parti presque en dernier, je vais faire deux tours plus que solitaires.

    Transition N°2
    Idem T1
    Résultat du vélo + transition 2: 43mn15sec (scratch vélo : 61ème)

    Course N°2 :
    Pas grand chose à dire si ce n'est que je lance Emmanuel un peu seul pour sa boucle de fin.

    Résultat de la course 2: 15mn55sec (scratch course : 55ème)

    Résultat global : 1h21mn et 61ème

    Bilan : une expérience sympa car en famille  Mais le Duathlon et surtout les duathlètes avec leur niveau de folie en course à pied, ce n'est pas fait pour moi (ou pas pour le moment).

    Comparaison des résultats sur EVAL-TRI: pas de résultats sur EVAL-TRI (pas vraiment de comparaisons possibles... si ce n'est le vélo des tri-relais)

     

    Le pack "4 Tri sinon rien"              

  • Triathlon Sprint Open : cliquer ici
  • Triathlon Découverte : cliquer ici
  • Du-Relais : cliquer ici
  • Triathlon Sprint Internationnal : cliquer ici        
  • La page dédiée : cliquer ici

     
    votre commentaire
  • Triathlon Découverte Cesson 2010

    Format : Triathlon Découverte 300/10/3Triathlon Découverte de Cesson              

    Date : 02 mai 2010

    • Nombre d'inscrits : 95
    • Nombre d'arrivés : 83
    • Temps du 1er : 33mn16sec
    • Temps de référence EVAL-TRI (1er 10%) :37mn26sec           
    • Site de l'organisateur : www.triathlon-cesson.fr 
    • Photos : cliquer ici
    • Résultats : cliquer ici

    Avant l'épreuve:
    Pour cette course N°2 du challenge "4tris sinon rien", le départ se faisait avec mon beau frère Emmanuel qui réalisait son premier triathlon. Je sortais à peine du 1er tri du matin le sprint Open (départ à 10h  et donc arrivée à 11h25 environ avec le départ du Découverte à 11h45... il ne faut pas trainer pour vider le parc Sprint, remettre sa combard etc..). Le public est surtout constitué de jeunes bien affutés et de total novices (les novices sportifs s'étant inscrits plutôt sur le Sprint Open de 10h).

    Natation :
    Départ dans l'eau pour la petite centaine de "Découvreurs" pour traverser le plan d'eau de Cesson. C'est quand même assez frisquet style 14°C. La natation se passe sans encombre sur les petits 300m.

    Transition N°1
    Pas de grenouilles sur la tête en sortant du plan d'eau. A Cesson, le parc est vraiment juste à coté. J'y retrouve mon destrier et ses jantes hautes (entre deux VTTs et un BTwin).
    Résultat de la natation : 06mn38sec 45ème de la natation

    Vélo :
    Le tour de 10km que je commence à connaïtre.... pas de problème. Je croise Emmanuel pour un petit signe.  

    Transition N°2
    Pas de problème, je suis le boss ou pas ? ;-) 
    Résultat du vélo + transition 2: 21mn42sec (scratch vélo : 48ème)

    Course :
    Un tour des étangs au menu de ce XS, je suis dans mon jardin. Tranquille

    Résultat de la course: 19mn03sec (scratch course : 78ème)

    Résultat global : 47mn22sec et 62ème

    Bilan : cette deuxième épreuve de la journée est super courte mais bien péchue tout de même, passons au duathlon relais maintenant.

     

    Comparaison des résultats sur EVAL-TRI: difficile de comparer les temps sur ces épreuves qui ont quasiment toutes un format spécifique (à Cesson en 2006 c'était 300/14/3 puis 300/10/3 en 2009, à Betton c'est 250/16/2,5...)

     

     

    Le pack "4 Tri sinon rien"              

    La page dédiée : cliquer ici


    votre commentaire
  • Tri-Relais La Baule 2010

    Les caractéristiques de l'épreuve :
    Format : Relais sur 500m/24km/6km
    Nombre d'inscrits : 800 équipes de 3 soit 2400 gugusses dans le parc
    Nombre d'arrivés : 695
    Temps du 1er Natation 500m en mer + T1 : 9mn19sec (Rouault, le champion d'Europe de natation 800 et 1500m en 2010)
    Temps de référence EVAL-TRI (1er 10% natation) : 12mn49sec
    Temps de la première équipe : 1h03mn46sec (La Dream Team de DATEM !)

    Avant l'épreuve:
    Cette année nous serons 25 équipes de Capgemini à s'aligner sur le relais avec il est vrai pas mal de participants de Consulting et beaucoup d'équips "extérieures". Nouveauté 2010, le montage d'un "challenge étudiant" qui consistait à organiser des équipes mixtes étudiants/salariés Capgemini. Résultat en deça des objectifs avec seulement 3 équipes.

    Les trophées "Capgemini" en jeu : Meilleurs équipes Gars, Fille et Mixte + Meilleurs nageur / cycliste / coureur.
    Cette année on a monté une dream team Capgemini avec trois gars bien costauds. Objectif le top 30. Et ce ne sera pas facile car nous ne sommes pas les seuls à y avoir pensé.

    • EAFIT, partenaire de La Baule, a monté une super dream team avec Alain Bernard à la natation, Frédéric Belaubre au vélo et une invitée tirée au sort à la course.
    • ADIDAS, partenaire bis, a de son coté ramené Sébastien Rouault (Champion D'Europe 800 et 100m nage libre en 2010), le vélo est assuré par une championne du monde de Keyrin et quand à la course, c'est tout simplement Yohann Diniz le champion du monde du 50km qui a assuré sur les 6km de course.
    • Bien sur sans oublier les équipes d'Endurance Shop avec Cyril Pineau au vélo et la fameuse team E-Covoiturage
    • A cela il faut ajouter la DATEM Dream Team montée par Jean-Yves Douillard avec trois mercenaires du TOCC. Objectif : le podium !

    Natation :
    Comme l'an dernier le départ est donné via 2 paquets de 400 qui font un U; chacun dans un sens d"où la perpétuelle question du courant. Cette année, je ne sais pas trop. J'ai fait des simuls dans tous les sens avec situation des marées en 2008 et 2009 mais rien de bien probant.
    On partira du paquet de gauche. Pour info, celui de droite contient les "stars" de la natation. Comme d'hab et en tant que vieux roublard, je me positionne sur la gauche pour faire l'extérieur.

    Coup de feu salvateur, on part tous à fond pour un grand U. J'ai dés le départ la sensation que je ne suis pas dans le rythme en voyant pas mal de gars me doubler ou rester à mes cotés. Le départ sur le coté me permet d'avoir une natation assez fluide (moins que l'an dernier mais fluide quand même), en tout cas jusqu'à la bouée où, forcément, ça bastonne un peu. Plus de sensations sur le retour (peut être l'habitude) et j'ai l'impression de remonter quelques gugusses. Mais de loin la file de GI/Otaries débarquant sur le sable est déja régulière. 

    Transition N°1
    Cette année, pas de liévre en haut des marches, il me faut courir à fond jusqu'à notre N°140 qui est plutôt au début. Je retrouve Julien qui part comme une bombe dans le grand huit.
    Résultat de la natation + transition 1: 15mn20 et sortie en 214ème position (4ème Cap) 

    Vélo :
    Julien fait un vélo correct compte tenu du bon niveau des équipiers sur pédales (attention, aucune connotation YMCA dans cette phrase). La Bretagne terre de cyclisme fournit moults guguses aux mollets rasés et tenues bariolées. Pour l'anecdote, le 1er cycliste est un pro du tour qui vient compléter la Dream Team "Endurance Shop" comme en 2009.

    On attend tranquille les autres relais Capgemini et, à peine le dernier relais Cap parti pour le vélo, on voit pointer le groupe de tête qui revient dans le parc (j'exagère mais pas tant que cela, notre plus mauvais nageur finissant en 22mn, les bons arrivant en 44mn...)

    C'est un autre monde. L'équipe DATEM grace à sa meilleure gestion des transitions et également à sa position plus avancée dans le parc (cela n'a pas trop d'influence en triathlon mais elle est importante en Relais où une position proche de l'entrée coté natation est un vrai plus.

    Transition N°2
    Arrivée de julien qui a pas mal roulé (225ème au scratch vélo)
    Résultat du vélo + transition 2: 42mn, sortie en 226 ème position et 4ème Cap 

    Course :
    cette année, on a libéré Jean pour rejoindre la Dream Team, et c'est donc un pote de julien qui va se charger du final.
    Résultat de la course: 29mn, sortie en 245ème position et 4ème Cap (scratch course : 454 et 11ème Cap)

    Bilan :
    Trés belle épreuve sous un ciel sans nuages et T° estivale, hyper conviviale. Comme je l'avais prédit c'est l'équipe Capgemini Dream Team qui remporte la victoire (surtout grace à un temps canon en vélo : 15ème scratch).
    Pour la nat, ce n'est pas Lionel qui remporte le trophée mais un des étudiants !
    Quand à la course, le père Navarro prend de nouveau la 2ème place derrière un petit jeune copain de sa fille qui, attention les yeux, termine la course en 20mn30sec à la 17ème place sur 800 :
    Chez les 100%Girly, une seule équipe, celle d'Agnes qui n'a pas démérité (certes ils sont non classés suite à un pb de puce mais ils étaient dans les 20eme Cap)

    Et enfin, grosse perf de l'équipe DATEM qui dame le pion à tous les cadors en remportant l'épreuve !

    Comparaison des résultats : meilleur temps pour La Baule (mais cela dépend beaucoup de la distance à courir sur le sable)

    Evolution des résultats : mauvais temps, mauvais classement...mais c'est mérité

    Année Ville Type course Classés Temps Classement Points bruts Points ajustés
    2008 Cesson Tri-Relais Natation 23 0h 13mn 13 708 397
    2008 La Baule Tri-Relais Natation 477 0h 13mn 90 848 475
    2009 Cesson Tri-Relais Natation 32 0h 7mn 16 798 447
    2009 La Baule Tri-Relais Natation 571 0h 12mn 123 929 521
    2010 La Baule Tri-Relais Natation 695 0h 15mn 214 836 469

    Pour info les trophées distribués à La Baule :

    • Meilleur équipe : Lionel Rubio / Jen-christophe Lafaurie / Jean Navarro : 21ème
    • Meilleure équipe Mixte : Lucile Navarro / Jimmy Villossel / Joris Botton : 145ème et 25ème équipe mixte
    • Meilleure équipe féminine : Agnes Beuchet / Alix Creze / Caroline Ruzkowski
    • Meilleur nageur : Quentin Coussin : 25ème
    • Meilleur cycliste : Jean-chistophe Lafaurie : 15ème
    • Meilleur coureur : Joris Botton : 17ème

    Et bien sur, si on avait compilé les 3 meilleurs temps, l'équipe aurait mis 1h08mn54sec et aurait terminé à la 9ème place juste derrière la dream team d'Adidas

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique